Logo de ticket - Boutique

Marion Allemoz : « J’ai hâte de voir la suite »

27 Sep 2022 12:27   /   A LA UNE, EQUIPES DE FRANCE, EQUIPE DE FRANCE SENIOR FEMMES

 

Tout juste retraitée après plus de 15 années effectuées sous le maillot des Bleues et un titre au Mondial D1A à Angers en avril dernier pour terminer en beauté, l’ex-capitaine tricolore Marion Allemoz a récemment rejoint en tant qu’entraîneuse adjointe le staff des U16 féminines de l’équipe de France et celui du Linköping HC en SDHL. L’ancienne numéro 9 se confie sur les débuts de sa nouvelle carrière.

Crédit photo : Théo Bariller-Krine


Tout d’abord, après avoir conclu ta longue carrière par un titre de championne du monde au Mondial D1A à Angers, comment se sont passés tes premiers jours en tant que retraitée ?

L’objectif de terminer par un titre de championne du monde a été atteint, donc cela me tenait à cœur de finir de cette façon à la maison aux côtés de mes coéquipières. Remonter en élite, devant nos supporters, c’était un moment assez particulier à vivre. Les premiers jours de ma retraite n’ont pas été compliqués à surmonter car j’y avais mûrement réfléchi avant de prendre la décision de raccrocher. J’avais vraiment préparé cette fin de carrière, donc pour moi la transition s’est faite dans la continuité. 

Marion Allemoz au Mondial D1A en compagnie de Luc Tardiff (président de l’IIHF) et de Pierre-Yves Gerbeau (président de la FFHG)

Tu as vite endossé un nouveau rôle d’entraîneuse adjointe au sein de l’équipe de France U16 féminine, sous l’aile de Jean-Baptiste Chauvin. Comment se sont déroulés les débuts de ta nouvelle carrière ? Tu t’es rapidement adaptée à ce nouveau challenge ?

Étant énormément attachée aux projets de l’équipe de France, je suis contente et motivée de pouvoir contribuer dans un rôle différent aux performances des joueuses. J’ai rapidement pris mes marques en commençant par un stage à Mulhouse au mois d’août dans un collectif élargi. Je connais très bien Jean-Baptiste Chauvin, ce qui m’a aidé aussi à bien m’intégrer au sein du groupe. Je suis très satisfaite de ces débuts. 

Tu as récemment rejoint le Linköping HC en SDHL au poste d’entraîneuse adjointe, nouveau club également de ton ex-coéquipière Lore Baudrit qui a signé au club en juin dernier. Enthousiaste de commencer cette aventure dans un championnat familier ?

J’avais déjà regardé plusieurs options en amont pour mon après-carrière. La Suède faisait partie des possibilités sachant que j’y ai évoluée pendant pendant quatre saisons auparavant (ndlr : au MODO Hockey de 2018 à 2022). J’ai eu la chance de saisir l’opportunité de rejoindre le club de Linköping courant août. Pouvoir entraîner dans un championnat tel que la SDHL, je pense que c’est une très bonne première expérience. Je rejoins une équipe qui est dotée d’une grande organisation et jusqu’à maintenant ça se passe très bien. J’ai hâte de voir la suite. 

Quelles sont tes missions depuis ton arrivée au Linkoping HC ? De quoi es-tu chargée au sein de l’effectif ?

Dans mon rôle je m’occupe essentiellement des défenseures et de toutes les situations de jeu défensives, notamment les infériorités numériques. Depuis mon arrivée, il y a une bonne collaboration qui s’est construite avec l’entraîneur-chef Simon Hedefalk. 

Aujourd’hui, qu’as-tu envie d’inculquer à tes joueuses ?

Il y a de l’exigence et une éthique de travail à avoir, mais il est important aussi d’arriver à donner de la liberté aux joueuses, de les laisser tenter, et qu’il y ait de la créativité dans le jeu. Sans oublier de prendre du plaisir. Grâce à mon leadership, je pense que j’ai acquis beaucoup de compétences au fil des années et je m’en servirai évidemment dans le nouveau rôle que j’ai aujourd’hui. 

 

Quels sont maintenant tes objectifs personnels et collectifs ? Qu’est-ce que nous pouvons te souhaiter ?

Je ne me suis pas encore projetée aussi loin, mais j’espère en tout cas m’épanouir et réussir. Le plus important pour moi c’est dans un premier temps de vivre mes premières expériences, de voir également comment je me sens au fur et à mesure dans ce nouveau rôle. Avec le club, on a pour optique de faire le meilleur résultat possible, de faire mieux que la saison dernière (ndlr : en 2021/2022, le Linköping HC a atteint les demi-finales des playoffs de son championnat). Concernant l’équipe de France, l’objectif est de continuer à travailler sur le développement des joueuses et de travailler sur leur progression. Pour les années à venir, je verrai les opportunités qui s’offrent à moi. 

Un message pour l’équipe de France féminine, qui jouera prochainement le Mondial Élite au Canada ?

Je continuerai toujours de suivre de près l’équipe de France. Je leur souhaite beaucoup de succès et évidemment de réussir à se maintenir en élite !


Marion Allemoz en bref :

  • Né le 4 juillet 1989 à Chambéry
  • Carrière en clubs : Neuilly-sur-Marne (2011-2012), Université de Montréal (CAN, 2012-2016), Montréal Canadiennes (CAN, 2016-2018), MODO (SWE, 2018-2022)
  • Carrière d’entraîneuse : Équipe de France U16 féminine (adjointe) (depuis août 2022), Linköping HC (adjointe) (SWE, depuis août 2022)
  • Participation à tous les mondiaux de l’Équipe de France féminine depuis 2006.