Actualités

28/10/2016 09:50

La Ligne Bleue N°31

 

Retrouvez l’ensemble des actualités de la Newsletter fédérale, datant du mois d’octobre 2016.


Édito de Luc Tardif. Rendons cette saison historique !

De Cergy à Bercy ! La saison est déjà exaltante. Il appartient à toute la famille du hockey de la rendre historique

Enfin,
Lui, le Centre Fédéral, Elle, l’Aren-Ice, ne font qu’un !
Un navire amiral, un lieu du futur, un socle pour notre développement.
Dans les tous prochains jours, les premiers patineurs poseront leurs lames sur l’une des deux pistes !
Tandis que l’inauguration officielle se tiendra le 19 novembre, c’est d’ores et déjà une grande satisfaction pour notre Fédération. En effet, il convient de rappeler que les ébauches de ce projet furent actionnées avec deux contraintes : une situation géographique en Île-de-France et une participation financière de la FFHG à hauteur de ses moyens.

Ecrire que la route fut longue (10 ans), que les obstacles furent nombreux, c’est mesurer que seuls des sports comme le football (Clairefontaine), le rugby (Marcoussis) ou le cyclisme (St Quentin) ont devancé le hockey sur glace. Belle reconnaissance pour notre sport, belle confiance accordée à notre Fédération non seulement par la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise, porteuse du projet, mais aussi de la région Ile de France et de l’Etat.

La course fut longue mais les enjeux étaient en face, avec des objectifs précis :

  • Abriter le siège de la FFHG : en y installant des bureaux et en y accueillant les collectifs nationaux dans des conditions remarquables, en permanence (hébergement d’un Pôle France) ou ponctuellement (stage, rencontres, préparation). Cette centralisation “au cœur de la Fédération” dopera la cohérence de la politique sportive. Implantation de l’Institut de formation à destination des jeunes éducateurs comme des plus expérimentés sans oublier les arbitres et officiels qui bénéficieront d’installations sur et hors glace aux normes internationales.
  • Ancrer le potentiel francilien : avec une enceinte de référence à 30 minutes de Paris, au centre d’une des deux plus importantes régions de notre Fédération. Il s’agira d’un point d’ancrage pour un regain de compétitivité de ce formidable bassin de joueurs. La moderne patinoire avec 2 pistes pourra accueillir des pratiquants de tous niveaux et des spectateurs pour des rencontres internationales (piste principale homologuée avec les dernières évolutions réglementaires).
  • Construire proprement et durablement : grâce à une construction synonyme de développement durable tant en bâti qu’en gestion. Des installations éco-énergétiques confirmeront aux décideurs et aux pouvoirs publics qu’une patinoire peut être un élément structurant d’une agglomération avec des coûts maitrisés.

Au-delà de Cergy, l’Elite du hockey français poursuit sa mue ! Avec notamment Amiens et Rouen (les plus proches de l’Aren’Ice), Bordeaux et Nice (les plus éloignés), le nouveau championnat concentré à 12 clubs, renommé Saxoprint Ligue Magnus, se montre déjà passionnant à suivre. Au quart de la saison régulière, des surprises, du rythme, ce feuilleton enthousiasmant séduit un public plus large et des médias de plus en plus conquis par l’intensité de ce sport.

Entre-temps, à l’international, l’espoir olympique reposera sur les filles avec un premier tour organisé à Cergy du 15 au 18 décembre prochains. La non-qualification des hommes – cruellement battus en Norvège – est une source de motivation supplémentaire pour le prochain Mondial qui se tiendra à l’AccorHotels Arena de Paris en mai 2017 : un nouvel objectif hyper motivant. Sportivement et structurellement parce que cet évènement est la formidable rampe de lancement que notre sport mérite. L’histoire montre que le hockey n’a pas toujours su transformer ses occasions, mais cette fois-ci, il faudra marquer l’essai.

Les affiches seront prestigieuses (Canada, Finlande et République tchèque notamment), les premières places sont bien parties mais l’offre de billets reste variée et accessible. Dès maintenant, fans, supporters, joueurs et dirigeants, mobilisons nos énergies, nous sommes tous ambassadeurs de Paris 2017 !

Luc Tardif
Président de la FFHG

(c) Photos : X. Lainé / FFHG


EDF. Coup de projecteur sur les hommes de l’ombre

Patrice Fleutot Capitaine Rouen (98/99)

Ils sont aussi discrets qu’efficaces. Les joueurs de devoir sont rares et précieux pour leurs entraîneurs et redoutés par leurs adversaires.

Quand on évoque le meilleur moyen de gagner, on se tourne naturellement vers l’offensive car marquer un but de plus que l’adversaire reste la plus simple façon d’y parvenir !
Les attaquants, personnifiés par les buteurs, sont mis en avant parce qu’ils fabriquent les mythes victorieux et déchaînent les passions des spectateurs. A l’autre bout de la glace, le gardien de but est l’autre héros reconnu quand – en tant que dernier rempart – il s’oppose avec brio aux lancers adverses. Si la lumière est naturellement attirée par ces héros aisément identifiables, il existe aussi des besogneux, des missionnaires de l’ombre, des héros tellement discrets qu’ils sont presque invisibles pour le spectateur profane.

Sélectionné avec l’Equipe Europe à l’occasion du La « Coupe du Monde » organisée par la NHL, Pierre-Edouard Bellemare, joueur formé en Europe sur grande glace et avec des qualités offensives reconnues, a obtenu une réputation de Centre défensif en NHL. Opposé aux meilleurs joueurs adverses, son objectif est de brouiller les cartes ! Tuer les pénalités (écouler le temps pendant que son équipe joue en infériorité numérique), presser haut dans la zone adverse, annihiler les tirs aux buts quitte à les bloquer lui-même. La NHL, c’est un jeu d’échec. Je suis une pièce et il faut être bon dans un rôle pour être important. J’ai réussi, de nulle part, à prendre un rôle où quand il y a un 4 contre 5, on me dit: « Bellemare, va nous tuer ça ». Ca ne me dérange pas de ne pas faire le travail qui est glorieux. Je me rends compte de là où je suis, de là d’où je viens et je suis content. » Répondait Pierre Edouard (1) « J’ai envie que l’équipe aille plus haut. J’ai toujours été un joueur loyal. J’ai donné mon cœur à la France. C’est ça que j’essaie d’apprendre aux plus jeunes. » Poursuit-il.

A ce petit jeu de destruction, il faut accepter de se sacrifier physiquement mais aussi statistiquement car rares sont les occasions de marquer soi-même! Mais cette mission, bien remplie, offre à l’équipe une plus grande maitrise du match. Dans la Saxoprint Ligue Magnus actuelle, Matias Terrier (25 ans, formé à Chamonix, joue pour Bordeaux), Sébastien Rohat (31 ans, formé à Briançon, joue pour Grenoble) ou Romain Gaborit (formé à Cholet, Rouen et Mont Blanc, joue pour Angers) sont des dignes successeurs d’Olivier Coqueux (2) ou Patrice Fleutot (3)(ndlr : en photo à droite, lors de la saison 98/99 avec Rouen), précurseurs du genre.

En équipe de France, Laurent Meunier (37 ans, 200 sélections) n’a pas son pareil pour « se sacrifier pour l’équipe ». Floran Douay (Genève LNA) a récemment fait la Une d’un article pour avoir brillé à ruiner les velléités adverses ! (4) L’histoire du hockey québécois qui les a surnommés affectueusement « plombiers » (indispensables dans une bâtisse mais moins célébrés que l’architecte compteur de buts) retiendra une lignée de joueurs passée par Montréal Bob Gainey, Guy Carbonneau ou Steve Begin.

Douay au TQOQuand tous les observateurs s’accordent sur l’exigence du hockey, ils constatent combien cette discipline évolue. La préparation, les équipements, les règlements, ont rendu ce jeu plus intense et rapide. Alors que la Saxoprint Ligue Magnus s’étend maintenant sur 44 journées, que la notion de jeu à quatre lignes s’impose, les ajustements se font aussi sur les petits détails. Le rôle défensif de l’attaquant entre dans cette équation. A la DTN, Romain Guibet (Cadre Grand Est et Coach EDF U18) indique que la formation des jeunes doit prendre en compte ces aspects précis. D’autant que c’est une opportunité qui s’offre à de jeunes joueurs «aux habilités moindres mais au gros cœur». A l’instar du rugby, « on doit donner autant d’importance à un jeune si – par son abnégation, son énergie déployée – il « fatigue » l’adversaire , écoule de précieuses secondes ou va récupérer des palets », précise Romain Guibet. Le joueur qui va mettre en échec, qui va gagner ses duels fabrique les conditions de l’offensive par son intensité » complète-t-il. Etre louangé par son éducateur quand on bloque un lancer ou quand on réduit au silence les buteurs adverses doit s’inscrire dans la même catégorie que les buts, les passes et les arrêts. Applaudir les pénalités écoulées est une des plus belles preuves de connaissance de notre sport. Associer les « plus / minus » au décodage des statistiques également.

Faire grandir nos jeunes en respectant leurs qualités et leur caractère est un pilier pédagogique. Romain Guibet explique que les exercices de patinage avec du challenge (course au palet par exemple) sont l’occasion d’identifier les joueurs qui iront au bout de leurs actions dans toutes les zones. Les buteurs et passeurs sont identifiés par les annonces, les gardiens et les joueurs aux caractères défensifs (attaquants comme défenseurs) doivent être valorisés dans l’apprentissage comme dans l’exécution de ces tâches moins reconnues. Il y a là une magnifique occasion d’intégrer, de donner du temps de jeu et de créer de la cohésion.

(1) AFP Mai 2016
(2) Né en 1973, International français entre 2003 et 2009
(3) Né en 1969, Formé à Megève et Rouen (5 fois champion de France).
(4) «Floran Douay n’a pas inscrit de but, il n’a pas non plus réalisé d’assist. Mais c’est pourtant lui que ses coéquipiers ont élu homme du match dans l’intimité du vestiaire. Comme quoi, le hockey, ce n’est pas que des statistiques ». Après une victoire du Servette contre Lausanne. La Tribune de Genève 02/10/2016.

(c) Photos : X. Lainé / FFHG


J-M Gineste, Fanseat : « Aider la fédération et les clubs à grandir »

Jean-Mael GinestePour la première fois dans l’histoire du hockey français, tous les matches de Saxoprint Ligue Magnus – le championnat élite – seront diffusés en direct vidéo, suite à l’accord trouvé entre la FFHG et l’entreprise finlandaise Fanseat. Afin d’en savoir plus, nous avons interrogé Jean-Maël Gineste, Manager général pour la France et le Royaume-Uni chez Fanseat, et Eric Ropert, Directeur Général de la FFHG.

Quel est l’objectif poursuivi par la FFHG et Fanseat avec ce partenariat ?

ER : « Depuis longtemps, on cherche à améliorer l’exposition médiatique de la vitrine qu’est la Saxoprint Ligue Magnus. On sait qu’aujourd’hui on n’a ni le poids ni les patinoires pour que le championnat soit entièrement diffusé. On a donc mis en place une double stratégie pour d’un côté diffuser les meilleures affiches à la télévision et de l’autre trouver une solution web pour capter tous les matches de notre championnat majeur. L’idée étant à la fois d’élargir notre public et de satisfaire nos fans déjà existants.
Avec la chaine L’Équipe, on a sécurisé la diffusion TV avec la finale de la Coupe de France, une affiche de championnat par mois, le Winter Game et des matches de l’équipe de France. Pour le web, il y a quelques saisons, on avait commencé avec L’Équipe.fr en réalisant un match par journée, puis maintenant avec Fanseat on a réussi à ce que l’ensemble des rencontres de Saxoprint Ligue Magnus soit diffusé ! »

JMG : « Fanseat est une plateforme qui est très jeune puisqu’elle a à peine plus d’un an. Nous investissons sur des compétitions qui ne sont pas ou peu captées mais qui possèdent une base de fans solide. Notre objectif c’est de produire tous les matches pour donner aux supporters l’accès à l’intégralité de la saison. À terme, on souhaite atteindre un nombre d’abonnés qui permet de financer le projet, puis de générer des revenus. Nous sommes dans une logique gagnant-gagnant, avec pour but d’aider la fédération et les clubs à grandir. »

Pouvez-vous nous présenter le principe de l’abonnement à la plateforme Fanseat ?

JMG : « En contrepartie d’un abonnement de 7€99c par mois, cela donne accès à la saison complète de Saxoprint Ligue Magnus – à savoir la phase régulière, les playoffs et la poule de maintien – et la Coupe de France à partir des 16èmes de finale, ce qui représente environ 350 matches diffusés en direct et disponible en VOD durant toute la saison. Nous offrons à nos abonnés 30 jours d’accès gratuit pour tester la plateforme car le streaming est un concept un peu nouveau en France, et nos abonnements sont sans engagement.
Cela donne également accès à d’autres droits internationaux que nous possédons, comme différents championnats finlandais : la Mestis (2ème division de hockey), la ligue 1 de basket ou encore la 2ème division de football. On est aussi toujours à la recherche de nouveaux contenus à offrir à nos fans. On est actuellement en discussion pour diffuser des matches de préparation de l’équipe de France et aussi le Tournoi préliminaire de qualification olympique (TPQO) que va disputer l’équipe de France féminine à Cergy (ndlr : du 15 au 18 décembre 2016). C’est une offre qui va s’étendre au fur et à mesure, même si on sait que 95% des gens qui s’abonnent le font avant tout pour la Saxoprint Ligue Magnus. »

ER : « On pense que c’est un abonnement très raisonnable avec des bonnes conditions. Personnellement j’ai pris l’abonnement et je le paie. Si ça fonctionne, on a d’autres idées. Avec Fanseat, comme l’a dit Jean-Maël, on discute pour pouvoir diffuser les matches de l’équipe de France lorsqu’elle joue à l’extérieur en cours de saison. La diffusion du TPQO des Bleues à Cergy est également en cours de finalisation. »

Fanseat

Comment s’est passé le début de saison ? 

JMG : « Les premiers chiffres et retours sont positifs, grâce notamment à la belle communication effectuée par l’ensemble des parties : la fédération, les clubs et nous-même. Le streaming est beaucoup plus démocratisé en Finlande qu’en France, mais nous avons réussi un meilleur démarrage avec la Saxoprint Ligue Magnus qu’avec la Mestis il y un an, c’est donc très encourageant ! »

ER : « C’est vrai que c’est un très bon indicateur. On a travaillé pour relayer au maximum l’information, et Fanseat a aussi développé des outils pour que les clubs puissent communiquer. On voit qu’il y a un réel intérêt sur les réseaux sociaux. Grâce aux images fournies par Fanseat, les clubs peuvent produire des résumés des rencontres qui sont très bien relayés. Les médias locaux ont aussi accès à une base de données inédites pour promouvoir notre sport. »

Eric Roper

D’un point de vue technique, combien de personnes sont-elles nécessaires pour assurer la diffusion d’un match ? 

JMG : « Il y a trois ou quatre personnes qui sont sur chaque match : un cadreur et un technicien travaillant pour Chlorophylle, la société de production, et un voire deux commentateurs recrutés par le club. Le cadreur est installé avec sa caméra HD et son trépied sur un emplacement central, et il travaille avec le technicien à ses côtés. Ce dernier dispose d’une « valise » fournie par un prestataire finlandais et qui est reliée à Internet. Avec cette valise, le technicien peut tout gérer : la qualité de l’image, le niveau sonore, le chronomètres, les statistiques des joueurs, les insertions graphiques, etc… Toutes les informations sont envoyées en Finlande, où nos équipes techniques – deux personnes – sont là en support du technicien et peuvent intervenir à distance. Nous avons aussi une personne dédiée à notre service client, qui répond à l’ensemble des demandes par mail et sur les réseaux sociaux, et qui informe nos abonnés d’éventuels problèmes rencontrés lors de la diffusion. J’en profite pour donner quelques recommandations d’utilisation de base pour profiter d’un abonnement* : avoir une connexion de qualité (minimum 5Mo en download), un ordinateur relativement récent, un système d’exploitation et un navigateur internet avec des versions bien à jour, et évidemment, plus votre écran est grand, mieux c’est. »

ER : « On s’aperçoit qu’avec une structure de production assez légère, dans certaines patinoires c’est compliqué car il y a des problèmes d’éclairage ou de prises de vues par exemple et on sait que la qualité des images est primordiale. C’est donc une façon tester nos clubs et nos infrastructures, de voir les contraintes et les besoins ensemble afin de travailler pour qu’un jour une diffusion TV plus large voire complète soit envisageable. »

Quel est le rôle joué par les clubs dans cette diffusion ? 

JMG : « Le rôle des clubs est primordial afin que tout le monde travaille dans les meilleures conditions. Cela commence par la ligne internet. Quand il n’y en a pas, on a travaillé en amont avec notre société de production partenaire pour fournir une solution professionnelle 4G, qui consiste à capter le réseau 4G aux alentours et obtenir un flux constant et stable. Il revient aussi aux clubs de prévoir un emplacement central pour installer le caméraman, le technicien et le(s) commentateur(s), ainsi que tous les branchements électriques nécessaires. »

ER : « On a demandé aux clubs de fournir à leur coût une ligne internet et des commentateurs. Et rien que ça, on s’aperçoit que c’est compliqué. Lorsqu’il n’y a pas internet, on a dû trouver des solutions plus coûteuses, qui seront en partie portées par les clubs. Il est essentiel que chaque partie donne le meilleur d’elle-même pour que ce partenariat perdure. »

Pour finir, quels sont les souhaits d’amélioration pour l’avenir ? 

ER : « Il y aura un temps de passage important à la fin de la saison. Il faut qu’il y ait suffisamment d’abonnés pour justifier l’investissement, que le modèle économique se mette en place. La première année, les coûts de production sont partagés entre la FFHG et Fanseat, mais ensuite il faudra que les abonnements soient en nombre suffisant pour financer le projet. En plus de l’offre déjà existante – Saxoprint Ligue Magnus et Coupe de France – on pourrait imaginer l’ajout de matches des équipes de France ou d’autres championnats comme la Division 1 mais il faut déjà consolider le mécanisme actuel. »

JMG : « On essaye de stabiliser toute la partie technique dans un premier temps avant de déployer des moyens supplémentaires. On est en train de regarder pour trouver une solution pour offrir une solution de multiplexe directement intégré, même si aujourd’hui, avec un écran assez grand, on peut le faire manuellement en ouvrant plusieurs fenêtres. Il y a pas mal d’axes d’amélioration que l’on cherche à développer. On essaye déjà avec l’équipe de production de proposer de plus en plus de ralentis entre chaque tiers-temps, pour offrir davantage de contenus aux fans. Mais aujourd’hui, la priorité est d’harmoniser les connexions dans les patinoires afin de gagner en qualité et que la diffusion se passe bien pour l’ensemble de nos abonnés. Ensuite, on pourra réinvestir nos revenus dans la captation et passer à plusieurs caméras au lieu d’une seule par exemple. »

*Si vous avez d’autres questions, une FAQ complète est disponible sur le site www.fanseat.com.


Cergy-Pontoise. Une histoire avant l’Aren’Ice

Inauguration

Le mois de novembre 2016 est historique pour la Fédération Française de Hockey sur Glace puisque, dix ans exactement après sa création, elle quitte définitivement son siège social d’Issy-les-Moulineaux pour venir installer ses bureaux administratifs dans le tout nouveau Centre National baptisé « Aren’Ice » situé dans la plaine des Linandes à Cergy-Pontoise. Si le site choisi était encore bucolique et sans aucune construction il y a encore quelques mois, le hockey sur glace n’arrive cependant pas sur une terre totalement inconnue. En effet, la ville du Val-d’Oise possède depuis déjà quarante ans un club de hockey sur glace très actif qui a marqué l’histoire de cette discipline.

La première patinoire de Cergy fut construite en 1973 sur le parvis de la préfecture, mais elle était déjà « presque au milieu de nulle part » pour reprendre l’expression d’un ancien dirigeant, car les immeubles environnants n’avaient pas été tous achevés. L’histoire se répète donc ! Le Club des Sports de Glace de Cergy, dans lequel se trouvait la section de hockey, fut créé en 1977, mais le Hockey Club Cergy-Pontoise (HCCP) prendra son autonomie en 1981.

On sait que les hockeyeurs du club de Cergy-Pontoise, qui évoluent actuellement en Division 2, s’appellent les « Jokers » depuis 1994. Au départ, c’est l’entraîneur-joueur canadien Alan Jacob qui eut cette idée originale car, dès son arrivée, il constata que ses joueurs obtenaient parfois des résultats sportifs très surprenants. Du coup, le nom de Jokers, qui évoque, dans son sens propre, des personnes redonnant l’avantage malgré une situation complexe, lui vint à l’esprit. Cette nouvelle appellation lui sembla d’autant plus intéressante que le club de Cergy-Pontoise était encore presque inconnu dans le hockey sur glace français où il avait simplement la réputation un peu péjorative de venir de la banlieue nord de Paris. Ce surnom fut donc un outil de promotion médiatique pour tenter d’affirmer et d’améliorer son image. Le club de Cergy-Pontoise a donc pris également à son compte le sens figuré du mot joker, autrement dit celui de « bouffon du roi » qui nargue le plus fort.

Depuis sa création, onze présidents au total se sont succédé à la tête du HCCP depuis Patrice Picon, le premier élu en 1977, jusqu’à la nomination en 2011 de Gilles Feck. Dans l’intervalle bien des événements sportifs assez singuliers se sont produits. La première véritable équipe senior de Cergy-Pontoise, qui fut inscrite dans le championnat de France de la Nationale C (Division 3), put être formée grâce au renfort de plusieurs hockeyeurs venus d’autres villes de la région parisienne et notamment de Conflans-Sainte-Honorine. Cette équipe pionnière était alors dirigée par un jeune entraîneur-joueur canadien, Serge Corbeil, âgé d’à peine 21 ans.

Mais, c’est en 1983 qu’on assista au début d’un phénomène très particulier qui allait faire la grande spécificité du club de Cergy-Pontoise. En effet, si les garçons, toujours en phase d’apprentissage, ne brillaient pas encore sur la glace et devaient faire le dos rond en attendant des jours meilleurs, plusieurs jeunes filles licenciées au HCCP demandèrent malgré tout avec insistance de pouvoir jouer elles-aussi au hockey sur glace. En attendant qu’un championnat de France féminin puisse s’organiser officiellement, le président de l’époque, Alain Buzulier, accepta que les filles de Cergy-Pontoise participent aux entraînements avec les garçons sans toutefois pouvoir disputer des matches mais cette autorisation ne tarda pas à arriver. Dès lors, un processus irréversible se mit peu à peu en marche.

17 titres de Champion de France féminin, un record !

L’événement déclencheur fut l’organisation en 1990, dans la patinoire de Cergy-Pontoise, du tournoi final du championnat de France de hockey féminin. Sacrées championnes pour la première fois de leur histoire en 1991, autrement dit dès la saison suivante (lors du tournoi final de Grenoble), les filles du HCCP allaient régner dès lors sans partage sur cette compétition pendant une période de presque vingt ans ! En effet, jusqu’en 2009, les hockeyeuses du HCCP ne laissèrent échapper le titre national qu’à deux reprises seulement (en 1995 puis en 1999), et chaque fois au bénéfice de leurs adversaires de Lyon. On notera par ailleurs qu’à partir de l’an 2000, les filles de Cergy-pontoise réussirent la performance de remporter dix titres consécutifs de championnes de France. Erwan Personne, qui fut un temps l’adjoint de Philippe Bidoli pour entraîner les filles tous les dimanches matin, explique : « La supériorité du club de Cergy-Pontoise dans le championnat de France féminin vient du fait que dans les autres équipes, il y avait seulement un ou deux leaders alors qu’à Cergy il y en avait au moins quatre. Sur les dix meilleures joueuses en France, la moitié faisaient partie de notre club. La raison de cette suprématie vient de là. »Maquette

Lors de la saison 1996-1997, la première pour les Jokers masculins en Division 2, l’équipe de Cergy-Pontoise était composée pour les trois-quarts de joueurs locaux qui n’avaient jamais connu le niveau de la Division 2. On sait qu’ils seront pourtant promus en Division 1 (1998) avant de retourner en Division 2 (2012). Mais on retiendra surtout que lors de la saison 2003-2004 les Jokers créèrent l’évènement en alignant pour la première fois des hockeyeuses dans un championnat national masculin. Cela aurait pu arriver dans un premier temps à Deborah Israelewicz ainsi qu’à Gwenola Personne, malheureusement elles se blessèrent toutes les deux à la fin de l’année 2003. Ce fut finalement leur coéquipière, Christine Duchamp (30 ans), la future responsable de l’équipe de France et actuelle Directrice Nationale adjointe, que sont revenus les honneurs de cette grande « première ». Cette dernière, qui portait pour l’occasion un maillot avec le numéro 77, raconte : « Depuis plusieurs semaines, nous nous entraînions toutes les trois avec les garçons. Non seulement avec les juniors, mais aussi avec les seniors car notre entraîneur, Sylvain Beauchesne, avait entendu parler de la nouvelle règle fédérale sur l’autorisation de la mixité. Pour être franche, à l’époque nous ne croyions pas une seule seconde pouvoir jouer ne serait-ce qu’un match officiel avec les garçons ! Et pourtant, c’est ce qui s’est passé ».

Tout au long de ces années, le club de s’efforça de maintenir une équipe fanion performante tout en développant la formation avec des effectifs conséquents et compétitifs dans toutes les catégories d’âge. Il faut ajouter que l’année 2009 fut par ailleurs le théâtre de deux événements uniques dans l’histoire des Jokers. En effet, tout d’abord, le club de Cergy-Pontoise entra dans le panthéon du hockey sur glace français en étant élu à l’unanimité dans le Temple de la Renommée de la FFHG.

Si son nom fut gravé à jamais dans la catégorie des clubs « bâtisseurs », ce fut pour honorer le record absolu qu’il détenait dans l’hexagone avec désormais dix-sept titres de champion de France féminin au total sur les vingt-trois attribués à ce jour. Mais la joie des dirigeants du HCCP après cette intronisation fut encore plus grande lorsqu’au mois de septembre 2009, ils apprirent que la Fédération Française de Hockey sur Glace avait choisi officiellement l’agglomération de Cergy-Pontoise pour implanter son futur centre fédéral. Sa candidature avait été préférée à celle de Drancy, Limours ou encore de La Courneuve, qui avaient également présenté un projet analogue. L’équipement, qui devait voir le jour sept ans plus tard, fut le fruit d’une réflexion entamée dès la création de la FFHG en 2006. On notera que la cérémonie de pose de la première pierre de la future Aren’Ice eut lieu le lundi 8 juin 2015 dans l’après-midi en présence de Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux sports, Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, Dominique Lefebvre, député et président de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise ainsi que de l’ensemble des partenaires du projet.


CM 2017. Rencontre avec les Volontaires recruteurs

Pour le Championnat du Monde de Hockey sur Glace 2017 de l’IHF, un Programme Volontaires a été mis en place afin de sélectionner les 350 volontaires qui feront partie de l’organisation. Pour en savoir un peu plus sur le recrutement de ces candidats provenant de tout horizon, nous avons interviewé les trois Volontaires Recruteurs : Josette Daniel, Jean-Claude Bruneau et Patrice Lacourrege.

Formation

Quel-est votre rôle au niveau de l’organisation du Championnat du Monde de Hockey sur Glace 2017 de l’IIHF ?

PL : « Je me suis porté volontaire pour officier pendant le Championnat du Monde, puis on m’a ensuite proposé d’être recruteur. J’ai accepté tout de suite car j’ai déjà fait un petit peu de recrutement et c’est très sympathique de participer à cette étape, et de découvrir des dizaines de personnalités différentes. »

JD : « Mon premier rôle c’est le recrutement des volontaires. Je fais passer un entretien à tous les gens qui ont posé une candidature afin de les orienter vers le domaine approprié. C’est ma deuxième expérience dans ce domaine, après la Coupe du Monde de Rugby en 2007. »

JCB : « Après avoir postulé pour le Championnat du Monde de Handball 2017, j’ai reçu un mail de Lucile Valat me demandant si j’étais d’accord pour être volontaire recruteur pour le Championnat du Monde de Hockey sur Glace 2017. J’ai accepté et mon rôle consiste donc à faire passer les entretiens des volontaires. »

Connaissais-tu l’univers du Hockey sur Glace avant de postuler ? 

JD : « Non, c’est ma première expérience dans le Hockey sur Glace… Je ne connais pas les règles (rires). Depuis que j’ai postulé, quand il y a des matches j’essaye de regarder pour m’améliorer ! »

PL : « Oui je connaissais cet univers. Je l’ai découvert quand j’étais dans les Alpes et je suis devenu très vite supporter de Chamonix, et j’ai vécu les derbys acharnés entre Chamonix, Megève et Saint-Gervais. Puis en arrivant à Paris, je me suis mis à suivre les Français Volants pendant leur grande époque. »

JCB : « Non pas du tout, mais je regarde les matches quand il y en a à la télévision, surtout pendant les JO où je suivais les grandes nations telles que le Canada et la Russie. »

As-tu déjà été bénévole sur d’autres événements sportifs ? 

JD : « Oui, je fais du bénévolat depuis 1998. J’ai fait tous les Mondiaux se déroulant en France que ça soit en football, rugby, athlétisme, badminton… Je n’ai pas fait l’Euro2016. Par contre, je suis présente sur le marathon, semi-marathon, et 20km de Paris … Tout ce qui est en région parisienne. Avec toutes ces expériences, je connais le Stade de France comme ma poche maintenant ! »

PL : « L’Euro 2016 a été mon premier grand événement sportif car je n’avais pas le temps auparavant, mais j’ai consacré une grande partie de ma vie au rugby en tant que joueur, entraineur, arbitre et président de club. »

JCB : « Oui je suis bénévole depuis des dizaines d’années. J’ai commencé par les Championnats du Monde d’athlétisme en 2003, la Coupe du Monde à Marcoussis de rugby en 2015. Je suis aussi régulièrement bénévole sur le Tournoi des VI Nations, et sur les matches du Stade Français. Je fais également le marathon, semi-marathon, 20km de Paris, la Parisienne… Des événements où je côtoie d’ailleurs Josette depuis de nombreuses années. »

Jean-ClaudeAs-tu hâte de te rendre à l’AccorHotels Arena pour le début du Mondial ? 

JD : « Oui j’ai hâte de découvrir cet environnement, d’autant que je n’ai pas revu la salle depuis qu’elle a été refaite. »

PL : « Je suis très impatient aussi. C’est un sport qui a besoin de visibilité, et donc j’ai envie de participer à cet événement et qu’il soit réussi, pour que ce sport se développe en France, car il le mérite ».

JCB : « Oui oui. Je suis déjà allé du temps du POPB pour des concerts, comme dernièrement les Vieilles Canailles, ou des événements sportifs comme des compétitions d’athlétisme. Ce sera ma première avec une patinoire ! ».

 


EDF Fem – TQO. La France jouera son tournoi préliminaire à Cergy-Pontoise

Pour se qualifier aux Jeux olympiques de Pyeongchang 2018, l’équipe de France féminine devra passer par deux phases de qualification. Du 15 au 18 décembre 2016, les Bleues disputeront ainsi un tournoi préliminaire face à la Lettonie, la Chine et un troisième pays qui sera issu des tours précédents. Les joueuses de Grégory Tarlé auront la chance de bénéficier du soutien de leurs supporters puisque la compétition se déroulera à domicile ! Le tournoi aura lieu à Cergy-Pontoise, dans la toute nouvelle Aren’Ice, lieu du futur Centre National du hockey sur glace français et dont l’inaugiration est prévue en novembre 2016.

L’équipe qui terminera première de ce tournoi préliminaire se qualifiera pour le TQO final. Si la France réussit cette performance, elle se rendra ainsi à Tomakomai, au Japon, du 9 au 12 février 2017, pour défier l’Allemagne, l’Autriche et le Japon.

CM 2017. Profitez de l’offre famille du hockey

Depuis le 27 septembre et ce pendant 210 jours avant le premier coup d’envoi, la troisième phase de vente de la billetterie du Championnat du Monde de Hockey sur Glace 2017 de l’IIHF est ouverte, c’est-à-dire la vente des Packs Journée (2 matches/jour à partir de 29€ et 3 matches/jour à partir de 44€). Afin de rassembler la famille du hockey français autour de cet événement historique qui revient en France après 66 ans d’absence, le Comité d’Organisation a décidé de privilégier les amoureux du hockey. Cela s’est concrétisé par la création d’une offre unique et exclusive dont seuls les membres de cette grande famille pourront bénéficier. En effet, cette offre ne sera disponible que par les clubs ou via notre page dédiée. Attention, cela n’empêche pas d’en faire profiter aux proches et aux amis, car aucun justificatif (licence FFHG ou autre) n’est nécessaire. Alors surtout il faut faire circuler l’information !

Cliquez ici pour accéder à l’offre billetterie groupe Famille du Hockey

NHL – WCH. La 2ème place pour la Team Europe et Bellemare

Lors d’une incroyable et renversante fin de match – deux buts dans les trois dernières minutes – le Canada a battu la Team Europe 2-1 lors du match n°2 de la finale de Coupe du Monde NHL, dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 septembe dernier. Vainqueurs deux manches à rien, les Canadiens remportent ainsi ce titre prestigieux. Malgré la défaite, les Européens peuvent être fiers de leur parcours, eux qui ont éliminé les États-Unis et la République tchèque en poule, puis la Suède en demi-finale. Notre Français Pierre-Edouard Bellemare termine avec deux points au compteur (un but et une assist).

Fanseat – FFHG. Un partenariat historique

Pour la première fois dans l’histoire du hockey français, tous les matches de Saxoprint Ligue Magnus seront diffusés en direct vidéo sur www.fanseat.com, plateforme accessible sur l’ensemble de vos écrans (PC, mobile ou tablette). Tarif : abonnement de 7,99€ par mois, sans engagement et avec une période de 30 jours offerte. Dans le cadre de ce partenariat, les matches de la Coupe de France – à partir des 16èmes de finale – seront aussi diffusés.

EDF – CM 2017. Le staff des Bleus en visite à l’AHA

Le vendredi 23 septembre, Dave Henderson, Pierre Pousse et Renaud Jacquin se sont rendus à l’AccorHotels Arena dans le cadre de la préparation du Championnat du Monde de Hockey sur Glace 2017 de l’IIHF. L’objectif de cette visite du staff tricolore était de choisir le vestiaire que vont occuper les Bleus durant la compétition en mai prochain. En effet, les attributions de vestiaires se font selon la position au ranking mondial, sauf pour le pays organisateur qui a la priorité. La deuxième équipe à choisir sera donc le Canada, double Champion du Monde en titre. La semaine dernière, l’encadrement de l’équipe de France avait déjà visité les hôtels pour voir les chambres et choisir la salle de réunion qui sera réservé aux Français.

SLM – Arbitrage. Nouvelle tenue avec Saxoprint

Cette saison, les arbitres officiant en Saxoprint Ligue Magnus auront une nouvelle tenue, faisant honneur à Saxoprint, partenaire titre du championnat. Livrés au siège de la FFHG ce vendredi 30 septembre, ces nouveaux casques et maillots sont depuis utilisés par l’ensemble des arbitres. Ils avaient été inaugurés en avant-première le 23 septembre dernier par le trio arbitral Damien Bliek – Jérémie Douchy – Sébastien Levasseur, lors du match télévisé sur la chaine L’Équipe Amiens-Nice.

Loisirs. Téléchargez le jeu mobile Hockey Dangles 16

Développé par le studio Gamyo, le jeu mobile « Hockey Dangles 16 – Saxoprint Magnus Edition » est disponible gratuitement sur les plateformes de téléchargement iOS et Android. Réunissant les 12 clubs de la Saxoprint Ligue Magnus ajoutées à 7 formations « All Star », il vous permettra de jouer au hockey sur glace avec des équipes constituées de 2 joueurs + 1 gardien. Prenez le contrôle de vos joueurs préférés grâce à un stick directionnel et des boutons virtuels, et enflammez vos suppporters dans les 12 patinoires aux couleurs des clubs ! Gérez, soignez et débloquez des joueurs pour renforcer votre équipe et disputer les matches du calendrier officiel de la Saxoprint Ligue Magnus, saison régulière et playoffs compris.

Cliquez sur les liens suivants pour télécharger le jeu sur votre mobile/tablette :


Agenda

EQUIPES DE FRANCE – STAGES DE PREPARATION

EQUIPE DE FRANCE

Au programme du Tournoi des 4 Nations à Bled (Slovénie) – Equipe de France :

  • Jeudi 3 novembre 2016 : France – Biélorussie (16h00)
  • Vendredi 4 novembre 2016 : Slovénie – France (19h30)
  • Samedi 5 novembre 2016 : Lettonie – France (16h30)

EQUIPE DE FRANCE FEMININE

Programme de l’équipe de France féminine au Tournoi des 4 Nations de Budapest (heures locales) :

  • Vendredi 4 novembre 2016 : France – Danemark (15h00)
  • Samedi 5 novembre 2016 : France – Hongrie (18h10)
  • Dimanche 6 novembre 2016 : Norvège – France (10h00)

EQUIPE DE FRANCE U20

Au programme du Tournoi des 4 Nations à Asiago (Italie) – Equipe de France U20 :

  • Jeudi 3 novembre 2016 : Italie – France (19h00)
  • Vendredi 4 novembre 2016 : France – Slovénie (15h00)
  • Samedi 5 novembre 2016 : Hongrie – France (12h00)

EQUIPE DE FRANCE U18

Au programme du Tournoi des 4 Nations à Zuchwil (Suisse) – Equipe de France U18 :

  • Jeudi 3 novembre : France – Slovaquie U17 (13h30)
  • Vendredi 4 novembre : Allemagne U17 – France (13h30)
  • Samedi 5 novembre : France – Suisse U17 (13h00)

EQUIPE DE FRANCE U16

Au programme du stage à Ostrava (République Tchèque) – Equipe de France U16 :

  • Mercredi 2 novembre 2016 : HC Vitkovice Steel – France (17h15)
  • Jeudi 3 novembre 2016 : HC Zelezari Trinec – France (17h30)
  • Samedi 5 novembre 2016 : AZ Havirov – France (17h00)  

CONTINENTAL CUP –  DEMI-FINALE

Du 18 au 20 novembre :

Au programme de la demi-finale de Continental Cup à Odense (DEN) :

Vendredi 18 novembre 2016 

  • Donbass (UKR) – Angers (16h00)
  • Odense (DEN) – Nottingham (GBR) (20h00)

Samedi 19 novembre 2016

  • Angers – Nottingham (GBR) (16h00)
  • Odense (DEN) – Donbass (UKR) (20h00)

Dimanche 20 novembre 2016

  • Nottingham (GBR) – Donbass (UKR) (12h00)
  • Angers – Odense (DEN) (16h00)

SAXOPRINT LIGUE MAGNUS – MATCHES DIFFUSES SUR LA CHAINE L’ÉQUIPE

Du 18 novembre au 17 février

  • Vendredi 18 novembre, 20ème journée : Chamonix-Morzine – Dijon (20h15)
  • Vendredi 30 décembre, 29ème journée : Lyon – Grenoble (19h00)
  • Vendredi 27 janvier, 38ème journée : Rouen – Bordeaux (20h15)
  • Vendredi 17 février, 42ème journée : Gap – Bordeaux (20h15)

COUPE DE FRANCE – 8EMES DE FINALE

Mardi 22 novembre 

Au programme des 8èmes de finale de Coupe de France – Mardi 22 novembre 2016 :

  • Mulhouse (D1) – Strasbourg (SLM)
  • Lyon (SLM) – Clermont-Ferrand (D1)
  • Chamonix-Morzine (SLM) – Grenoble (SLM)
  • Gap (SLM) – Nice (SLM)
  • Valenciennes (D3) – Rouen (SLM)
  • Amiens (SLM) – Tours (D1)
  • Brest (D1) – Angers (SLM)
  • La Roche-sur-Yon (D1) – Bordeaux (SLM)

Autres dates :

1/4 de finale : 21 décembre 2016

1/2 finales : 3 janvier 2017

Finale : Dimanche 19 février 2017 à l’AccorHotels Arena


EQUIPE DE FRANCE FEMININE

Du 15 au 18 décembre

Au programme du Tournoi préliminaire de qualification olympique à Cergy-Pontoise – Equipe de France féminine :

Jeudi 15 décembre 2016

  • Lettonie – équipe à déterminer (16h00)
  • Chine – France (19h30)

Vendredi 16 décembre 2016

  • Lettonie – Chine (16h00)
  • France – équipe à déterminer (19h30)

Dimanche 18 décembre 2016

  • équipe à déterminer – Chine (16h00)
  • France – Lettonie (19h30)

3

Cette saison, la France a gagné un représentant en NHL avec l’arrivée du défenseur Yohann Auvitu chez les New Jersey Devils. Dans la patinoire de la prestigieuse ligue nord-américaine, l’international tricolore cotoiera ses compatriotes Antoine Roussel (Dallas Stars) et Pierre-Edouard Bellemare (Philadelphia Flyers).

14

Les trophées individuels, qui sont remis à la fin des Championnats du monde aux meilleurs joueurs du tournoi, ont récompensé un hockeyeur français à quatorze reprises. Il y a eu dans l’ordre : l’attaquant Yvan Guryka en 1974 (Mondial C de Grenoble-Gap-Lyon), l’attaquant et scorer André Peloffy en 1981 (Mondial C de Pékin), le défenseur Michel Lussier en 1983 (Mondial C de Budapest), le défenseur Michel Leblanc et l’attaquant Guy Dupuis (Mondial C de Chamonix-Saint-Gervais-Megève) en 1985, le défenseur Jean-Philippe Lemoine en 1986 (Mondial B d’Eindhoven), l’attaquant Dereck Haas en 1987 (Mondial B de Canazei), le gardien Jean-Marc Djian et l’attaquant Philippe Bozon en 1989 (Mondial B d’Oslo), l’attaquant Philippe Bozon en 1991 (Mondial B de Ljubljana), le gardien Cristobal Huet en 2002 (Mondial Division 1 d’Eindhoven), le gardien Fabrice Lhenry en 2003 (Mondial Division 1 de Zagreb), l’attaquant Julien Desrosiers en 2005 (Mondial Division 1 d’Eindhoven), l’attaquant Olivier Coqueux en 2006 (Mondial Division 1 d’Amiens), le défenseur Vincent Bachet en 2007 (Mondial Division 1 de Qiqihar) et l’attaquant Antoine Roussel en 2014 (All-Stars Team du Mondial Élite de Minsk).

29

Les Packs journée pour le Championnat du Monde de Hockey sur Glace 2017 de l’IIHF sont en vente depuis le 27 septembre. Pour une journée avec deux matches, vous pourrez vous procurer un pack à partir de 29€. Pour une journée avec trois matches, vous pourrez vous procurer un pack à partir de 44€.

Cliquez ici pour accéder à la billetterie officielle

264

C’est le nombre de matches de saison régulière pour la Saxoprint Ligue Magnus. Vous pourrez les suivre en intégralité sur www.fanseat.com (Tarif : abonnement de 7,99€ par mois, sans engagement et avec une période de 30 jours offerte).

5 910

Le nombre d’abonnés sur Twitter au compte officiel des équipes de France de hockey sur glace : @Hockey_FRA (données arrêtées au 26 octobre 2016). Merci à tous pour le soutien et continuez de nous suivre ! #EnsemblePour2017


Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Partenaire principal de la FFHG et de l'équipe de France

Partenaires officiels de la FFHG et de l'équipe de France

Logo Subaru
Logo Fanseat
Logo Synerglace
Logo Air Transat

Partenaires institutionnels de la FFHG et de l'équipe de France

Logo du Ministère des Sports
Logo CNOSF
Service Civique

Fournisseurs officiels de la FFHG

Logo CCM
Logo DVLAB
Logo Thuasne Sport
Laboratoire Polidis
Logo Laboratoire Insphy