Imprimer cette page

La Ligne Bleue N°25

Publié le jeudi, 12 mars 2015 17:50

Édito de Luc Tardif. "Les records sont faits pour être battus !"

Au moment ou les phases finales de la Ligue Magnus s’animent, nous accédons à des nouveaux records de fréquentation. Dans tous les championnats, les rencontres sont accrochées et spectaculaires. Cette charge émotionnelle qu’un match de hockey peut offrir et être appréciée par le public néophyte ou plus connaisseur proposant aux organisateurs une foule à fidéliser. Rendons un instant hommage à tous les clubs qui déploient imagination et énergie pour animer les avants et après parties.

Show, décibels et jeux de lumières distraient les temps morts et galvanisent les partisans qui trouvent là un terrain d’expression festif. Quand on considère le potentiel d’une enceinte couverte, chauffée à blanc associé à des matches disputés, on peut séduire un public toujours plus large. Tous les membres de la famille peuvent passer une bonne soirée. Le spectacle de hockey a ce pouvoir ; et tous ses acteurs doivent en être conscients. C’est notre devoir d’entretenir notre identité et ne pas laisser s’égarer des comportements impropres, souvent mauvaises imitations de « pseudos supporters ».

Gardons nous de copier ou d’importer des comportements disgracieux et inappropriés. Vos efforts méritent mieux !

Les records sont faits pour être battus ! Après les plus fortes affluences (Bercy, Stade des Alpes…) la plus forte audience pour une retransmission TV pour un match national : L’équipe 21 à l’occasion de la Finale de La Coupe de France a réuni 162 00 téléspectateurs en moyenne avec un pic de 243 000 téléspectateurs dans le 3ème tiers temps, et lance parfaitement une activité médiatique qui ne fera que se développer d’ici à 2017. A un peu plus de 24 mois de l’échéance Paris 2017, l’enjeu sportif passera - cette année - par Prague (IIHF WC 2015 du 1 au 17 mai) tandis que la mobilisation générale est initiée en régions avec un appel structuré et organisé pour drainer les forces vives des indispensables bénévoles

A Vaujany, La France a remporté son Mondial (U18 D1) et accède à l'Elite. Une première historique qui confirme le potentiel. Ne manquez pas l’article qui revient sur le brillant parcours des Bleuettes et la grande satisfaction de toutes les délégations pour l’accueil reçu dans l’Isère. Un défi que l’organisation rouennaise saura relevé pour les mondiaux (D1 Groupe A) du 12 au 18 avril.

Joueurs, Dirigeants, supporters et arbitres animés par la même passion, il nous appartient de partager et d’entretenir les valeurs de notre sport. La fédération se donne les moyens de promouvoir notre discipline ; il appartient à chacun de les relayer avec autant d’ambition que de respect.
 

Luc Tardif
Président de la FFHG

 

(c) Photos : X. Lainé


Mondiaux Féminins. De Vaujany à Rouen

Remporter une médaille d’or lors d’un Mondial est quelque chose d’exceptionnel à vivre. Le réussir à domicile possède une saveur particulière supplémentaire. Alors que les Bleuettes ont accompli cette performance à Vaujany le 10 janvier dernier, et que leurs ainées s’apprêtent à disputer leur Championnat du Monde à Rouen du 12 au 18 avril, la Ligne Bleue revient sur les différents acteurs de l’organisation d’une telle compétition en France.

Au soir du 10 janvier, sur la glace de Vaujany, ce sont toutes les jeunes joueuses dirigées par Nolwenn Rousselle qui communiaient dans la joie avec le staff et les supporters. Elles avaient bien mérité cela. L’Equipe de France U18 venait de remporter l’or au Mondial Division 1, ce qui offrait dans le même temps une accession historique à l’Elite pour un collectif français de hockey féminin.

Cet instant, la coach des Bleuettes va "le conserver toute la vie dans un coin de la tête" et il restera comme "un moment fort" dans sa carrière d’entraineur. Un aboutissement pour Nolwenn Rousselle, qui a participé à six championnats du monde avec l’Equipe de France Féminine en tant que joueuse - récoltant au passage une médaille de bronze en 1999 à Colmar - et dont Vaujany était le sixième en tant que coach des U18. Dans ce rôle, elle a ramené pas moins de cinq médailles (Bronze en 2013 ; Argent en 2009, 2010 et 2014 ; Or en 2015) ! Vivre ce sacre en France a ajouté de la valeur à ce souvenir, car pour elle, cela a permis au groupe de "pouvoir partager ça avec les proches et tous ceux qui s’investissent tout au long de l’année de près ou de loin avec l’Equipe de France".

"De la folie tout ce monde qui nous encourageait"

Ce ne sont pas ses joueuses qui la contrediront. A commencer par Maud Pousse qui se souvient encore "des frissons" procurés par les encouragements du public, ce qui donnait encore davantage "envie de gagner". C’était tout simplement "de la folie tout ce monde qui nous encourageait" renchérit-elle. Sa coéquipière Lisa Delcroix souligne aussi "la très bonne ambiance du groupe et le soutien du public" ressentis tout au long de cette semaine. Ce sacre mondial à domicile vient récompenser un travail de longue haleine pour ces jeunes filles. Respectivement en sport-études à Strasbourg et au Pôle France de Chambéry, Maud et Lisa réalisent des sacrifices au quotidien pour vivre pleinement leur passion du hockey. Ce choix de suivre un rythme soutenu pour allier leurs cours, leurs entrainements et leurs déplacements trouve tout son sens lorsque la médaille d’or leur a été passé autour du cou. "Cela en vaut la peine", déclare Maud, tandis que Lisa affirme que "cela donne envie de continuer pour revivre des moments comme ça".

Les efforts consentis ne sont pas propres aux joueuses et aux membres du staff. Pour qu’un Mondial s’organise, il faut également une équipe de bénévoles motivés et engagés. Jean Julien, coordinateur de la table de marque, fait partie de ces personnes volontaires. Avec environ vingt-cinq championnats du monde à son actif, cet énergique retraité est un habitué qui connait son rôle par coeur : "faire le lien entre le Result Manager IIHF du tournoi et la table de marque"*. Un poste central où il faut s’assurer des bonnes relations avec les arbitres, les Team Leader des sélections, le Result Manager et les membres de la table de marque. Une fonction qui lui demande un temps de préparation en amont afin de former les personnes qui seront à la table de marque, puis d’établir un planning en fonction des disponibilités de chacun. Avec en général trois matches par jour, le rythme est intense, que ce soit pour celui qui s’efforce de tout faire pour "éviter les problèmes et incidents liés à la table de marque", ou pour l’ensemble de l’équipe organisatrice.

Vivre une compétition internationale de l’intérieur représente une "expérience enrichissante pour l’ensemble des bénévoles". C’est pourquoi malgré la fatigue occasionnée, Jean s’apprête de nouveau à exercer son rôle à Rouen du 12 au 18 avril prochain pour le Championnat du Monde Féminin Division 1 Groupe A. Une semaine qu’attendent assurément avec impatience les joueuses de Grégory Tarlé, espérant profiter d’un maximum de soutien pour réaliser le meilleur résultat possible. En sept jours de compétition, l’Equipe de France affrontera successivement la Norvège, la République tchèque, la Lettonie, l’Autriche et le Danemark. Pour Nolwenn Rousselle, la France est "un des rares pays qui remplit la patinoire pour du hockey féminin", et même si jouer à domicile peut se révéler "à double tranchant pour les filles car il y a plus de pression, l’élan supplémentaire créé par les spectateurs équivaut à avoir une joueuse de plus sur la glace". Ville de hockey, Rouen et sa célèbre Île Lacroix devraient endosser ce rôle avec plaisir et ferveur.

* Jean Julien est également présent pour les matches de l’Equipe de France à domicile et les finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue.

(c) Photos: Yann Cornu


Zone Ouest. Un vent nouveau

Dans la zone ouest, la Ligue de Bretagne puise ses forces dans ses différentes composantes. Si la répartition géographique affiche un équilibre entre les 4 départements avec chacun un club affilié :

  • Rennes Cormorans (35)
  • Brest Albatros (29)
  • Saint Brieuc Korrigans (22)
  • Lanester Béliers (56)

Plus des trois quarts des licenciés sont concentrés entre les Albatros ( 47 % des licenciés bretons) et les Cormorans (30%).
Si le nombre de patinoires est identique, les inégalités d’effectifs trouvent une source ou un début d’explication dans la dimension des aires de jeu !
Les biens nommés Korrigans de Saint Brieuc disposent d’une piste de 40x20m homologuée pour les U13 et moins, idem pour Les Béliers de Lanester du dynamique Jérôme Mercier. A Rennes, le Blizz propose deux pistes homologuées même si les créneaux dévoués à l’association hockey ne dépassent pas les 15h hebdomadaires.

Le 7 décembre dernier, un nouveau Bureau de Ligue sortait des urnes. Les membres élus se sont immédiatement réunis pour composer une équipe cohérente et combative, avec l’objectif d’un développement raisonné et maitrisé, associé à une volonté commune de faire face aux exigences. Au coté de Lydie Lainé, Isabelle Mer et Charlotte Leugyel, Jérôme Mercier apporte son expérience associative et de collaboration avec les élus locaux.

S’appuyant sur des éducateurs au riche passé de joueur (Yven Sadoun à Rennes, Bruno Maynard à Brest), les deux poumons bretons sont dotés d’un naturel potentiel de développement. Dans le Finistère, les exploits réguliers de l’équipe fanion depuis plusieurs décennies a installé un public, comme à Rennes, fort d’une ferveur populaire (500 personnes de moyenne) non démentie par des résultats en dents de scie.

La visibilité se traduit donc par des chiffres d’adhésion dans les Ecoles de Hockey ; en Bretagne 20% des licenciés a moins de 9 ans soit 125 enfants dont 33 pour le seul club de St Brieuc et presque un sur deux a moins de 15 ans. L’avenir s’écrit donc aujourd’hui, avec des passerelles entre les petites et moyennes structures dès les moins de 15 ans, et surtout une collaboration autour des plateaux. Véritables aspirateurs à passionnés, le format nomade et convivial de ces rendez vous favorisent les rencontres et dissipent les querelles de clochets. Chaque saison, 5 plateaux sont organisés sur 4 patinoires différentes (2 à Lanester, petit poucet, double organisateur qui démontre ainsi son ambition).

De la D3 à la Magnus, du U9 aux Espoirs, en Bretagne, les joueurs peuvent progresser… mais s’il convient de saluer l’effort de solidarité et de complémentarité, il convient aussi de saluer les efforts des dirigeants et parents qui véhiculent ses joueurs (exemple des quatre U18 Korrigans qui parcourent 154 kms pour rejoindre Brest tandis que les U15 en parcourent 100 pour rallier Rennes).

Avec un licencié féminin sur 10 dans la Ligue, la marge de progression est importante. Mais avec une locomotive comme l’équipe Elite Brest/Caen, on trouve encore les valeurs de pugnacité, partage et de solidarité des breton(ne)s !! Isabelle Mer, élue à la Ligue, sera une ambassadrice de l’enthousiasme et du plaisir du jeu. Cette joueuse expérimentée complète un Comité Directeur aux trois quarts féminin. Un signe ?

  • Présidente : Lydie Lesne
  • Vice-président : Jérome Mercier
  • Secrétaire : Isabelle Mer
  • Trésorier : Charlotte Leugyel.

Comme dans de nombreuses régions, les infrastructures influx sur le développement de la pratique et de la compétition. Un projet de nouvel édifice soutenu par les deux fédérations existe à Saint Brieuc, d’autres doivent suivre. D’ici là, le hockey doit composer et s’adapter en puisant ses forces avec passion et solidarité.

Deux évènements à venir en fin de saison :

  • à St Brieuc: 110 enfants réunis le 1er mai pour le tournoi de Bretagne, c’est une autre victoire de Bruno Laporterie, le charismatique Président des Korrigans, qui porte haut et fort le projet d’une piste « toutes catégories » dans Les Cotes d’Armor.
  • à Rennes : le tournoi U11 se déroulera le weekend du 31mai, sur 2 jours sur les 2 pistes !

Etranger. Des coachs français prisés

Depuis plusieurs décennies les hockeyeurs français s’exportent avec succès à l’étranger. Renforts très appréciés, pas moins de quinze d’entre eux ont été sacrés à ce jour champions nationaux dans leurs pays d’émigration : six en Allemagne (Hassler, Lezziero, Bozon, Pouget, Perez, Barin), quatre en Italie (Quaglia, Ville, Pouget, Moisand), deux en Suède (Treille et Bellemarre), un en Suisse (Huet), un en Finlande (Auvitu) et un autre en Pologne (Besch).

Rappelons par ailleurs que Philippe Bozon fut un précurseur en NHL avec Saint-Louis, que Cristobal Huet a réussi ensuite l’exploit de remporter la Coupe Stanley avec Chicago, et enfin que plusieurs de nos internationaux évoluent actuellement dans le circuit pro nord-américain (Roussel à Dallas et Bellemarre à Philadelphie) ou dans celui de la KHL (Da Costa à Moscou).

Mais ce que l’on sait moins, c’est que d’autres de nos hockeyeurs ont prouvé plus discrètement la véracité de l’adage qui dit que "nul n’est prophète en son pays". En effet, douze d’entre eux au total se sont vu confier des postes d’entraîneurs ou d’assistants hors de nos frontières. Preuve, s’il en faut, que le hockey sur glace français bénéficie, quoi qu’on en dise, d’une image favorable et qu’il sait s’exporter.

Ce fut notamment le cas de trois joueurs de Gap (Laurent Perroton, Alain Pivron et Laurent Bougro) qui ont eu la responsabilité de diriger des équipes de juniors U20 à Lausanne ou à Genève. Mais les clubs helvètes ont fait également appel aux services d’Eric Blais (Chaux-de-Fonds U17), de Christopher Lepers (Servette U15) ou encore de Sébastien Bergès (Meyrin U17). Sans oublier que Philippe Bozon fut, après sa brillante carrière de joueur, le coach des jeunes de Genève avant de diriger les équipes pros de Lugano en LNA puis de Sierre en LNB.

Pour le président de l’IIHF, René Fasel, cette bienveillance des clubs suisses envers les coaches français a une explication surtout économique : "Bien sûr, je ne minimise absolument pas le niveau du hockey français qui n’a cessé de progresser ces dernières années. Chez nous, on ne regarde plus nos voisins frontaliers avec condescendance. La preuve, Philippe Bozon puis Cristobal Huet sont devenus des vedettes dans notre championnat. Mais il faut reconnaître aussi que les entraîneurs français ont un meilleur rapport qualité-prix pour s’occuper des jeunes car ils coûtent beaucoup moins chers qu’un coach suisse."

Pour l’anecdote, rappelons que l’ancien capitaine de l’équipe de France et de Chamonix, Léon Quaglia, fut le premier français à exporter la bonne parole en 1924 Italie où il fonda le club de Milan. Par ailleurs, le gardien tricolore Daniel Maric fut le premier français de l’ère moderne à partir entraîner à l’étranger en devenant en 1990 l’assistant du coach de l’équipe universitaire de Vancouver. Sur le sol canadien, Marc Leroux seconda également le coach des Snowdon Ponsards de Montréal en 2006. Trois ans plus tard, Jean-Michel Lutaud, joueur emblématique d’Anglet, s’est vu confier le poste stratégique de coach en chef du club espagnol de Txuri Urdin de San Sébastian.

Pour l’entraîneur de Wasquehal, Frédéric Nilly, qui a accompagné en 2013 une sélection franco-belge pour participer au célèbre tournoi pee wee du Québec, l’émigration des coaches français reste toutefois limitée : "Les entraîneurs français se heurtent à un problème récurrent qui est celui du barrage de la langue. En effet, beaucoup ne savent pas parler couramment l’anglais. Lorsque cette difficulté sera résolue, je pense qu’il y aura encore plus de coaches français à l’étranger."

(c) Photo Bozon: C.Delaville


Formation. La préparation physique chez les jeunes

Romain Guibet, ancien international Junior, est devenu préparateur physique pour les équipes de France Jeunes, après avoir notamment préparé et encadré l'équipe de France U18 lors de son mondial à Nice en 2014. Pour la Ligne Bleue, il répond à nos questions sur l’importance de la préparation physique chez les jeunes.

Quelle est l’importance de la préparation physique chez les jeunes hockeyeurs et varie-t-elle en fonction du niveau de pratique, des objectifs, ou de l’âge ?
R.G : La préparation physique est essentielle évidemment. Au même titre que le fait de bouger et de faire une activité physique quasi quotidienne est bonne pour la santé, la préparation physique est nécessaire à la pratique du Hockey, notamment car celle-ci ne se fait que sur la glace. Pour développer des qualités physiques et motrices, ou prévenir les blessures, il faut faire d’autres activités, les entrainements sur glace ne suffisent pas. . Comme tout le monde donc, il faut faire une activité physique pour être en bonne santé.
Il existe différents niveaux de préparation, en fonction de l’âge d’abord. Chez les plus jeunes, on ne parle pas de préparation physique au sens strict, mais plutôt de diversification des activités : il faut les faire jouer à d’autres jeux, car entre 6 et 11 ans, c’est la meilleure période pour développer tout ce qui relève de la coordination, de la dissociation, de l’équilibre, de la vitesse ou de la réaction. De ce fait, faire du jonglage, courir dehors, marcher sur un tronc d’arbre sont autant d’activités qui développent ces qualités. Réduire l’activité à la pratique exclusive du hockey à cet âge-là limite le schéma moteur des enfants.
Ensuite, plus on va monter vers les catégories U15 ou U18, plus la préparation physique devient indispensable et organisé pour développer la force, l’endurance. A la préadolescence, il faut développer l’endurance, car même si une progression à un âge plus avancé est possible, il faudra redoubler d’efforts !
Il existe aussi différents niveaux d’entrainement en fonction des objectifs. On peut souhaiter simplement se maintenir en forme et prévenir les blessures, ou progresser physiquement en développer des qualités physiques telle que sa force, son endurance et sa masse musculaire. Dans ce cas, les entrainements sont plus durs, et nécessitent un vrai programme construit.

Faut-il attendre un âge minimum pour commencer la musculation ?
C’est une erreur de penser que la musculation peut freiner le développement des enfants. Il est tout de même important de constater que la plus grosse progression physique dans une vie se fait de 0 à 1 ans ! Les nouveaux nés rampent, font des mini-pompes en se soulevant grâce à leurs bras, ils apprennent à marcher et développent leur abdominaux. Un bébé fait déjà de la musculation !
On peut donc en faire à tout âge, mais il faut nécessairement qu’elle soit organisée et adaptée. Chez les plus jeunes, il faut leur apprendre les mouvements pour les préparer, et faire essentiellement de la musculation naturelle (à poids de corps comme les pompes, etc). Il existe des méthodes adaptées à tous les âges.

Comment organiser un programme en fonction de la saison ? Y a-t-il des cycles, des moments où il faut ralentir la préparation et laisser le corps se reposer ?
Il existe en effet une saisonnalité pour la prépa physique. La période idéale pour un travail accentué sur la préparation physique est la période estivale, de mai à aout. Le principe est simple : on développe et on progresse pendant l’été, tandis que lorsque la saison a commencé on entretient le travail en maintenant, à dose moindre, les efforts en préparation physique : environs 80% du temps doivent être consacrés à la préparation physique, l’été, tandis que seuls 20% y seront dédiés une fois la saison commencée.
Ceci étant dit, il faut tout de même ré-insister pendant les trèves : à Noël, ou en février, c’est comme la période d’affutage en athlétisme, on travaille moins en charge mais plutôt sut la qualité et la finesse.
Il est également très important de ne pas négliger la période de repos. Cette période fait partie intégrante de la préparation physique. Il faut aussi laisser le corps se reposer, pour que le muscle se développe et se régénère. Ces phases de repos sont plus ou moins longues mais il en est une qui est indispensable : entre la fin de saison et la reprise des entraînements, il faut détendre le corps, récupérer et aérer la tête, pour ne pas tomber dans le surentraînement. Comme tout le monde, les sportifs ont besoin de vacances !

Avez-vous quelques conseils simples pour accompagner les jeunes dans leur préparation ?
Un conseil important : la nutrition ! Manger de tout et régulièrement. On ne peut pas développer de muscles si on n’apporte pas au corps de l’énergie. Il ne faut pas sauter de repas, et privilégier 3 à 6 repas espacés dans la journée, plutôt que des grignotages en permanence. Mais attention… si on veut vraiment jouer sur sa nutrition, il faut prendre rendez-vous avec un médecin.
D’autres conseils sont simples et évidents, mais il est toujours bon de les rappeler : prendre les escaliers au lieu des escalators ou de l’ascenseur, ou maintenir une activité régulière au quotidien sont aussi la clé, pour tous, que ce soit pour le haut niveau ou le loisir !


A venir !
Un module « Motricité et Préparation Physique U9 / U11 » est prévu à Lyon du 5 au 7 Juin 2015. Ouvert à tous, les 3 jours de formations alternent cours théoriques et cours pratiques, sur les thèmes du renforcement musculaire, du maniement en dehors de la glace, de la coordination ou encore de l’équilibre. Objectif : acquérir les notions de base pour la motricité et la préparation physique adaptées aux joueurs de hockey des catégories U9 et U11.
Téléchargez la plaquette de présentation de la formation : cliquez ici http://www.hockeyfrance.com/files/Formation/Calendrier%20des%20Formations%20et%20Pr%C3%A9inscriptions/liens%202014-2015/en_savoir_plus_module_PP1_Lyon_2015.docx
Téléchargez le bulletin d’inscription : cliquez ici http://www.hockeyfrance.com/files/Formation/Calendrier%20des%20Formations%20et%20Pr%C3%A9inscriptions/liens%202014-2015/Bulletin_dinscription_PP1.xlsx

Autres liens utiles :
Retrouvez de nombreuses ressources, fiches et exercices sur la préparation physique sur le site des entraîneurs : www.HockeyFrance.com rubrique Se Former > Site des entraineurs [http://www.hockeyfrance.com/ffhg/se-former/site-des-entraineurs]


Ligue Magnus. Le duo offensif rouennais élu MVP des médias

Les deux attaquants rouennais Julien Desrosiers et Francis Charland ont été élus meilleur joueur Français et étranger de la saison en Ligue Magnus par les médias français, trophée à l’initiative de L’Equipe.

Podium

ETRANGERS
1. Francis CHARLAND (CAN, Rouen), 95 pts
2. Eric Chouinard (CAN, Grenoble), 81 pts
3. Jean-Sébastien Aubin (CAN, Angers), 37 pts

FRANÇAIS
1. Julien DESROSIERS (Rouen), 114 pts
2. Loïc Lampérier (Rouen), 61 pts
3. Clément Fouquerel (Chamonix), 33 pts

Plus d’info sur l’article de l’équipe [http://www.lequipe.fr/Hockey-sur-glace/Actualites/Desrosiers-et-charland-les-mvp/538603]

 

Arbitrage. Charlotte Girard à Saint-Pierre-et-Miquelon

Charlotte Girard, arbitre juge de ligne qui officie en Ligue Magnus, et seule arbitre français dans cette discipline à avoir été sélectionnée aux Jeux Olympique de Sotchi en 2014, s'est rendue sur l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, du 14 au 21 février, pour y assurer la formation d'arbitres (Niveau A au Niveau D). Sessions théoriques et sur glace, Charlotte Girard a eu l’occasion d’enseigner à la fois les bases pour le hockey mineur et des éléments plus approfondis pour les seniors, et a eu l’occasion de susciter de nombreuses vocations !

 

Divers. Red Army met le hockey à l’honneur au cinéma

"Red Army", le documentaire qui met à l’honneur le hockey au cinéma, est sorti en salle mercredi 25 février. Réalisé par Gabe Polsky, ce documentaire retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace, au cœur de l’histoire sociale, culturelle et politique du pays.

Retrouvez la bande annonce en cliquant ici [https://www.youtube.com/watch?v=-KeelHPHV_M] et la liste des salle en cliquant ici [http://www.hockeyfrance.com/ffhg/actualites/item/10467-red-army-met-le-hockey-a-l-honneur-au-cinema]

 

U22 Elite. Le titre pour Rouen !

Les Rouennais ont remporté le championnat U22 Elite aux dépens des Amiénois. Menés 3-1 jusqu'à la 34ème minute de jeu, les Normands ont réussi à reprendre le contrôle du jeu pour finalement faire match nul 4-4. Un résultat qui, ajouté à celui de la veille (victoire 4-2), leur ont permis de succéder à ces mêmes Picards.

 

Formation. Les tuteurs accompagnateurs

En décembre et janvier, les tuteurs sont réunis à la FFHG pour travailler sur l’accompagnement des stagiaires du certificat de qualification professionnelle (CQP) option hockey sur glace et du Diplôme d’état de la jeunesse de l’éducation populaire et des sports (DE JEPS) mention hockey sur glace.

Retrouvez plus d’infos sur la formation des tuteurs accompagnateurs en cliquant ici [http://www.hockeyfrance.com/ffhg/se-former/actualites-formation/item/10486-formation-les-tuteurs-accompagnateurs]

 

NHL. Roussel s'impose face à Bellemare

Les deux internationaux français Antoine Roussel et Pierre-Edouard Bellemare se sont affrontés pour la deuxième fois de la saison. Le duel a tourné à l'avantage de Texan. Les Dallas Stars se sont finalement imposés 2-1 face aux Philadelphia Flyers.


Agenda

LIGUE MAGNUS

Du 10 mars 2015 au 22 mars 2015 : Demi-finales de Ligue Magnus (au meilleur des 7 matches)

Finale : (au meilleur des 7 matches)

  • 24 mars 2015 chez le mieux classé à l'issue de la Phase 1
  • 25 mars 2015 chez le mieux classé à l'issue de la Phase 1
  • 27 mars 2015 chez le moins bien classé à l'issue de la Phase 1
  • 28 mars 2015 chez le moins bien classé à l'issue de la Phase 1
  • 31 mars 2015 chez le mieux classé à l'issue de la Phase 1 (si nécessaire)
  • 3 avril 2015 chez le moins bien classé à l'issue de la Phase 1 (si nécessaire)
  • 5 avril 2015 chez le mieux classé à l'issue de la Phase 1 (si nécessaire)

 


 

EQUIPES DE FRANCE

 

29 mars au 26 avril 2015 :  EDF Senior Hommes - Préparation au championnat du monde, Stage et Matchs en France, Lettonie et Allemagne

En France

  • Vendredi 3 avril (20h00) : France - Danemark, à Courchevel
  • Samedi 4 avril (20h00) : France - Danemark, à Megève, à suivre en direct sur L'Equipe 21
  • Vendredi 24 avril (19h30) : France - Suisse, à Grenoble, à suivre en direct sur L'Equipe 21
  • Dimanche 26 avril (17h00) : France - Suisse, à Lyon

A l'étranger

  • 9 et 10 Avril : Lettonie - France, à Riga, Lettonie
  • 16 avril : Allemagne - France, à Füssen, Allemagne
  • 18 avril : Allemagne - France, à Ravensburg, Allemagne

 

12 au 18 avril 2015 : EDF Senior Femmes. Championnat du Monde division I, Groupe A, Rouen

  • (9 avril 2015 : France - Norvège - Match de Préparation au Championnat du Monde, Rouen)
  • Dimanche 12 avril (16h00) : France - Norvège
  • Lundi 13 avril (19h30) : République Tchèque ou Japon - France
  • Mercredi 15 avril (19h30) : Lettonie - France
  • Jeudi 16 avril (19h30) : France - Autriche
  • Samedi 18 avril (19h30) : Danemark - France

 

12 au 18 avril 2015 : EDF U18 Hommes. Championnat du Monde D1 Groupe A, à Debrecen (Hongrie)

  • Dimanche 12 avril (20h00) : France - Kazakhstan
  • Lundi 13 avril (16h30) : Norvège - France
  • Mercredi 15 avril (15h00) : Danemark - France
  • Jeudi 16 avril (16h30) : Bèlarus - France
  • Samedi 18 avril (16h25) : France – Hongrie

 

1er au 17 mai 2015 : EDF Senior Hommes - Championnat du Monde Elite IIHF, Prague (République tchèque)

Matches 1er tour (heure locale) :

  • Samedi 2 mai 2015 (16h15) : France - Allemagne
  • Dimanche 3 mai 2015 (20h15) : France - Suisse
  • Mardi 5 mai 2015 (20h15) : Autriche - France
  • Jeudi 7 mai 2015 (16h15) : République tchèque - France
  • Samedi 9 mai 2015 (12h15) : France - Canada
  • Lundi 11 mai 2015 (20h15) : Suède - France
  • Mardi 12 mai 2015 (16h15) : Lettonie - France


 


3

C’est le nombre de nominations dans les festivals pour le film Red Army. Sorti le 25 février dernier, le documentaire met à l’honneur le hockey au cinéma. Réalisé par Gabe Polsky, il retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace, au cœur de l’histoire sociale, culturelle et politique du pays.

Bande annonce du film : [https://www.youtube.com/watch?v=-KeelHPHV_M]

Liste des salles : [http://www.hockeyfrance.com/ffhg/actualites/item/10467-red-army-met-le-hockey-a-l-honneur-au-cinema?highlight=WyJyZWQiLCJhcm15IiwicmVkIGFybXkiXQ==]

 

47

C'est le nombre de points de l'attaquant rouennais Julien Desrosiers sur l'ensemble de la saison régulière de Magnus. Un total qui fait de ce dernier le meilleur marqueur de la Ligue.

 

831

C'est le nombre d'arrêts réalisé sur l'ensemble de la saison régulière par Michael Dupont, le gardien des Drakkars de Caen. Personne n'a fait mieux.

 

0

Les Boxers de Bordeaux n'ont concédé aucune défaite à domicile sur l'ensemble de la saison régulière. Mieux, les joueurs de Martin Lacroix ont remporté 21 de leurs 26 journées de championnat. Cette belle performance leur a permis de terminer la saison régulière de D1 en tête du classement.

 

2

Pierre-Edouard Bellemare a signé au début du mois de mars un nouveau contrat de deux ans avec les Philadelphia Flyers. L'attaquant de l'équipe de France est désormais lié à la franchise NHL jusqu'à la fin de la saison 2016-2017.

Modifié le jeudi, 12 mars 2015 17:58
vous avez aimé cet article ? suivez-nous sur les réseaux sociaux

Vous acceptez de vous inscrire à notre newsletter pour recevoir toutes les actualités et événements de la FFHG par email et vous acceptez nos « CGU ».

Adresse email non valide

Actualités Newsletter - A lire aussi