Imprimer cette page

La Ligne Bleue N°36

Publié le jeudi, 14 février 2019 15:00

 


Édito de Luc Tardif. 2019, l'année du renouveau

14 février 2019, 

L’année s’est parfois lancée avec la finale de la Coupe de France, en 2019 une actualité internationale est venue pimenter le premier mois de l’année. Bravo aux Bleuettes Championnes du Monde D1B et à leurs aînées qui gagnent un très beau Tournoi 4 Nations à Épinal

Cette fin de semaine, la ferveur du hockey sur glace résonnera de nouveau à l’AccorHotels Arena. Le charme de la Coupe de France y revient avec un programme inédit. Nouveau format mais toujours le même idéal : réunir les passionnés et faire une grande fête du hockey. Paris accueillera donc les 16 et 17 février le premier Final Four. Une belle histoire à écrire pour ces 4 équipes candidates au titre dont 3 inédites, dont les joueurs sont passés par des émotions fortes. Venez fêter le hockey, des surprises et plein d’émotions sont au rendez vous.

Cette édition 2019 s’annonce extraordinairement riche. Le Festival des Petites Crosses revient avec un tournoi U9 à 30 équipes et un match féminin du Global Girls Game, initiative internationale aussi spectaculaire que populaire. Si l’histoire s’écrit du côté de Bercy année après année, c’est hors de nos frontières que nos U18 féminines ont tourné une autre belle page du hockey français.

Engagé dans un processus de démontrer les progrès du hockey féminin (déjà entrevus quelques mois plus tôt avec les aînées) le collectif moins de 18 ans a brillamment relevé le défi. En remportant le Mondial D1B, les Bleuettes positionnent le hockey féminin français en D1A… Toujours plus haut sur la carte mondiale. Comme un clin d’œil.

Si début février les collectifs U18 et U19 masculins se sont imposés dans des Tournois 4 Nations à Bolzano et à Radenthein, ce beau début d’année ne saurait cacher la déception du collectif U20 masculin. La génération 1999/2000, Championne du Monde U18 D1A il y a deux saisons, n’a pas pu confirmer lors du Mondial U20 D1A à Füssen, qui a eu lieu en décembre 2018.

Alors que les phases finales des championnats nationaux approchent on pourra se questionner sur les rôles confiés à nos juniors dans les divisions supérieures. S’ils participent brillamment au progrès du championnat U20 Élite et font leurs armes dans les collectifs D2, D1 et SLM, nos JFL subissent trop. Notre formation française souffre de la course à l’armement de ces mêmes clubs. La Fédération vient de faire valider des changements visant à donner plus de place aux joueurs hexagonaux. Si les Présidents et coaches ne s’impliquent pas davantage pour la formation, un durcissement des conditions de transferts s’imposera. Avant d’ouvrir cette réflexion globale, j’en appelle à la responsabilité de tous les acteurs, animateurs, spectateurs pour organiser des phases finales engagées et respectueuses. Nous allons assister ce printemps à des séries finales palpitantes.

Le hockey français, notre hockey, gagne année après année en notoriété et en popularité sachons apprécier et entretenir cet élan. La respectabilité de notre sport passe par nous tous, par ses acteurs – tournés vers le développement de la pratique, le sérieux de la formation et le spectacle - mais aussi par ses structures. 2019 sera une année de renouveau pour des lieux plus que jamais dédiés au hockey, De Dunkerque à Angers en passant par Louviers et Meudon. De quoi programmer des sessions de formation, des tournois acharnés et des moments de partages entre passionnés ou en famille. Je vous donne rendez vous à l'AccorHotels Arena de Paris ce week end, et partout en France demain et après-demain.
 

Luc Tardif 

Président de la FFHG

(c) Photos : X. Lainé / FFHG

 


L.Villiot « Impatiente de se confronter aux meilleures nations » 

À moins de trois mois du Mondial Elite à Espoo, rencontre avec Léa Villiot. La jeune défenseure des Bleues évolue actuellement au Pôle France Féminin et a déjà disputé quatre Mondiaux Division 1 Groupe A dans sa carrière.

 

FFHG : C’est maintenant ta cinquième année au Pôle France Féminin, que retiens-tu de tout ce temps passé, et comment vois-tu l’avenir avec le déménagement à Cergy-Pontoise ?

L.V. : En étant au Pôle France je peux faire du hockey sur glace à haut niveau tout en suivant mes études. Les horaires sont aménagés, ce qui me permet d’aller m’entraîner tous les jours. Après des équipes mixtes, c’est la première fois que j’évoluais uniquement avec des filles. Cela représente un important changement et nous aide à progresser, notamment grâce aux oppositions avec les garçons. Depuis ma première année au Pôle, j’ai pu me renforcer physiquement et développer mon jeu sur la glace. J’ai aussi acquis une certaine expérience et de beaux souvenirs.

Le déménagement du Pôle à Cergy va offrir aux nouvelles joueuses une incroyable infrastructure avec la nouvelle patinoire. Le Pôle est une bonne option pour s’entraîner dans de bonnes conditions ce qui n’est pas forcément le cas dans certains clubs avec les garçons. Même si je n’en ferais plus partie, j’espère que de nouvelles jeunes filles auront l’opportunité de s’y développer.

 

FFHG : Tu fais partie d’une génération du Pôle France qui joue maintenant en équipe sénior féminine. Selon toi, l’avenir du hockey français féminin passera-t-il majoritairement par ce centre de formation ?

L.V. : Aujourd’hui l’équipe de France senior féminine est majoritairement composée de joueuses qui jouent ou qui ont joué au Pôle. Pour les années à venir ça sera sûrement aussi le cas, mais ce n’est pas l’unique chemin pour accéder aux Bleues. Jouer avec les garçons ou partir à l’étranger constituent aussi d’autres solutions, qui permettent de se développer au fil d’une carrière.

 

FFHG : Quelles sont tes impressions après le Tournoi 4 Nations à Pribam (CZE) où vous avez joué contre deux équipes qui seront au Mondial Élite ?

L.V. : Le Tournoi des 4 nations en décembre nous a confirmé que le Mondial allait être d’un très haut niveau mais aussi que nous étions capables d’aller chercher des victoires. On a un groupe très motivé, qui travaille fort chaque jour pour atteindre notre objectif, qui est de se maintenir en élite.

 

FFHG : Tu as disputé quatre Mondiaux D1A, quel sentiment domine à l’idée de disputer le premier Mondial Élite pour cette équipe ?

L.V. : Je suis très excitée et impatiente à l’idée d’aller me confronter aux meilleures nations et de découvrir l’élite ! On travaille fort depuis plusieurs années pour monter, maintenant on y est, et c’est à nous de prouver qu’on a notre place parmi les meilleures équipes. 

 

FFHG : À titre collectif, sens-tu une dynamique et une énergie différentes à l’approche du Mondial Élite lors des deux derniers rassemblements des Bleues ?

L.V. : Quand on en parle entre nous, on a toutes très hâte d’y être et de commencer la compétition. Donc oui il y a peut-être plus d’excitation que d’habitude car c’est nouveau. Mais on garde la tête sur les épaules et on profite des regroupements pour travailler nos jeux sur la glace et corriger les petits détails. Il nous reste un stage en février* et la préparation du Mondial pour arriver fin prêtes le 4 avril, face au Japon, le couteau entre les dents. 

 

FFHG : En quoi disputer le premier Mondial Elite va-t-il aider dans l’objectif de la qualification olympique ?

L.V. : Le fait de jouer contre des équipes du Top 10 à plusieurs reprises va nous préparer pour la qualification. C’est contre elles qu’on va batailler pour se qualifier. Être au Mondial Elite va nous permettre d’être davantage habituées à leurs systèmes de jeu. Cette compétition peut aussi nous aider si on fait une bonne performance et que l’on grimpe dans le ranking IIHF.

 

*entretien réalisé avant que les Bleues ne remportent leur Tournoi 4 Nations à Épinal.

(©) photos : Stéphane Heude


Final Four. Triple dose de hockey à Paris

 

Les samedi 16 et dimanche 17 février 2019, l’AccorHotels Arena passe en mode Hockey sur Glace avec le Final Four de la Coupe de France. Une formule inédite pour un rendez-vous annuel pris depuis 2007.

 

Après 11 éditions de la Finale de Coupe de France à l’AccorHotels Arena de Paris, l’événement évolue avec l’instauration d’un Final Four. Les demi-finales rejoignent ainsi la fête traditionnelle du hockey sur glace français pour offrir encore davantage de spectacle !

« On aura le droit à trois matches de haute intensité en 24h à Paris, c’est extraordinaire pour tous les amoureux du hockey sur glace ! » se félicite Arnaud Briand, membre élu du Comité Directeur en charge de la compétition.

Un rythme qui rappelle le Championnat du Monde 2017, durant lequel 30 matches s’étaient disputés dans l’écrin parisien en l’espace de 14 jours ! Une période qui avait permis au hockey sur glace français d’occuper l’espace médiatique. Un des objectifs poursuivis par le Final Four.

L’ancien capitaine de l’équipe de France explique : « Avec cette nouvelle formule, on implique plus d’équipes et avec elles davantage de supporters, médias et partenaires. Ce sera deux jours de fête du hockey sur glace, qui permettront de mettre en lumière notre discipline ! »

Émotions et spectacle seront au rendez-vous, que ce soit dans les tribunes ou sur la glace. « Jouer à l’AccorHotels Arena possède quelque chose de prestigieux. Je pense que tous les joueurs évoluant en France ont envie d’y aller. » énonce Arnaud Briand.

Cette année, les heureux élus sont les joueurs d’Amiens, Chamonix, Lyon et Strasbourg. La motivation ne manquera pas : les Lions défendront leur titre, et les trois autres équipes auront à cœur de briller pour leur première dans l’enceinte parisienne !  

 

 

Les quatre demi-finalistes en quelques mots

Amiens : Finaliste de l'édition 2015, les Gothiques participeront à leur cinquième demi-finale de l'histoire moderne de Coupe de France.

Chamonix : Premiers vainqueurs de la compétition en 1972, les Pionniers intègrent le dernier carré pour la première fois depuis 2000.

Lyon : Tenants du titre, les Lions disputeront leur troisième demi-finale consécutive. Seul club à avoir déjà brisé la glace de l'AccorHotels Arena.

Strasbourg : Échouant aux portes de la finale en 2008, 2010, 2011, 2012 et 2014, l'Étoile Noire espère que l'édition 2019 lui sourira davantage.

 

Au programme du Final Four de Coupe de France à l’AccorHotels Arena de Paris :

Samedi 16 février – Demi-finales

  • Amiens - Strasbourg (13h30)
  • Lyon - Chamonix (17h15)

Dimanche 17 février – Finale

  • Début 14h30

Réagissez au déroulement de la compétition sur les réseaux sociaux avec #Final4Hockey et #CdFHockey.  

 

Infos billetterie

La billetterie pour cet événement est décomposée en trois offres : billet journée pour le samedi, billet journée pour le dimanche, et pack pour les trois matches. Accessibles à partir de 15€, les billets sont répartis en cinq catégories. À noter que les tarifs sont identiques entre les deux billets journée : assister aux deux demi-finales revient donc au même prix qu'assister à la finale. 

Cliquez ici pour accéder à la billetterie en ligne

 

(©) photos : Xavier Lainé / FFHG


Portrait. Le Service Juridique 

 

Quel est ton titre à la FFHG ?

Prune Rocipon : Directrice Juridique

Jean-Baptiste Cave : Juriste 

 

Ta fonction à la FFHG ?

PR : J’ai la responsabilité du service (2 personnes) qui a pour mandat de conseiller les clubs, les licenciés et les élus sur les problématiques légales. J’assiste en direct toutes les Commissions Disciplinaires ainsi que la Commission Statuts et règlements.

JBC : Celle d’un juriste : conseiller les clubs, les licenciés, les élus, mettre en place des procédures prévues par les règlements, préparer et participer à des réunions, rédiger des décisions, courriers, emails (beaucoup).

 

Ancienneté à la FFHG ?

PR : Novembre 2016.

JBC : Un peu plus de 2 ans, 823 jours de joie et (surtout) de sérieux !

 

Avant ton entrée à la FFHG, tu faisais quoi ?

PR :  J’étais juriste au CDES (Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges).

JBC : Des études ! Précisément un Master 2 en Droit et Economie du Sport effectué au Ministère des Sports en alternance. C’est d’ailleurs sur les conseils d’un de mes profs que j’ai candidaté à la FFHG

 

Le public avec/pour lequel tu travailles :

PR : Je suis sollicitée pour conseiller les différents services de la Fédération (je suis donc en contact avec tous les services du siège fédéral et la DTN). Également les dirigeants ou licenciés des clubs. La Direction et le Secrétariat Général sont des interlocuteurs fréquents car toutes les notifications sont discutées et visées.

JBC : Principalement : Prune, directrice juridique de la FFHG. Je collabore avec tous les services de la fédération donc avec les salariés, les élus et membres bénévoles de commissions fédérales et les clubs & licenciés.

 

Ta journée type :

PR  : Pas de journée type, je suis habituée à travailler partout. J’exploite beaucoup mes temps de transport. Au dela de mon bureau à l’Aren’Ice, je me rends régulièrement à Paris pour des réunions au Ministère, au Comité Olympique ou à l’AFLD (Association Française de Lutte contre le Dopage).

JBC : Classique mais sans routine particulière. Je me lève à 08h00, je me rends à Cergy en transports en commun, 45 min que j’occupe en écoutant des podcasts. Une journée de bureau type ponctuée de réunions et d’appels téléphoniques. Le soir tout dépend de mon état de forme ; je vais parfois sur Paris pour parler avec des amis, assister à des concerts, voir du sport.

 

Un mois ou une période marquant dans l’année :

PR : Il y en a plusieurs. Toutefois, l’Assemblée Générale des Clubs rime avec respect des statuts mais surtout adoption des nouveaux règlements. C’est l’aboutissement de 3 mois de préparation.

JBC : Les ponts du mois de Mai ? Plus sérieusement : à compter de juin et jusqu’à fin juillet, les réunions de travail avec la CNSCG sont des mois très denses. Nous devons étudier pièces par pièces les dossiers financiers de tous les clubs D1,D2, SLM. Des réunions qui demandent beaucoup d’attention, de préparation, d’analyse, de rédaction et de collaboration. Notamment avec Axel Escalle le permanent de la commission.

 

Une date (ou évènement) important dans ta vie à la FFHG :

PR : Août 2018 ! L’ouverture du Centre Leclerc face à l’Aren’Ice (les pauses déjeuners ne seront plus jamais les mêmes). 

JBC : Mai 2017 et les mois qui ont précédé avec l'organisation et le déroulement du Championnat du Monde 2017 à l'AccorHotels Arena de Paris. 

 

Ta grande joie personnelle depuis que tu es à la FFHG :

PR : L’Adoption du Règlements sur l’homologation des contrats et la qualification des joueurs de Ligue Magnus. C’est technique mais très structurant. Entrée en vigueur : mai prochain.

JBC : Avoir battu deux fois le Community Manager de la FFHG (ndlr : le nom et l’identité ont volontairement été masqués !!). Réputé « imbattable » à Mon Petit Gazon (un jeu de Fantasy football). Plus sérieusement et surtout, avoir lié de solides relations de confiance avec beaucoup de mes interlocuteurs.

 

Un souvenir du Mondial 2017 à Paris :

PR : Sans hésiter, la victoire contre la Finlande.

JBC : En parallèle de tous les souvenirs des rencontres (la folie du match victorieux contre la Finlande, la tension contre la Biélorussie ; voir le Canada et la Suède - futurs finalistes - jouer, etc.), avoir parlé de hockey sur glace dans les couloirs de l'AccorHotels Arena avec Sylvain Wiltord (ancien international de football) reste gravé dans le marbre.

 

Toi sur des patins c’est :

PR : Assez médiocre comparé à mes idoles du film « Les petits champions » (film dont je suis fan, surtout le 3!). Mes débuts à Clemenceau à Grenoble m’ont donné quelques bases et j’ai même un souvenir d’avoir échangé quelques passes crosse en main. 

JBC : Une personne particulièrement alcoolisée qui a deux pieds gauches et qui essaye de faire la course avec son ombre. Ça ne ressemble pas à grand-chose !

 

Un joueur de hockey (ou un entraineur, français ou pas, actuel ou passé) ? :

PR : Je n’en connais aucun ! Mais j’ai retrouvé dans le grenier familial une crosse ayant appartenue à un gardien grenoblois… Fin 80’s début 90’s ! Identification en cours…

JBC : Anatoli Tarasov. Selon beaucoup c’est le père fondateur d’une certaine idée du hockey (sous l’ère soviétique). 

 

Un message/clin d’œil à un collègue :

PR : Merci Agnès (ndlr : Gibier-Bourret) , « tu es parfaite » !

JBC : Un clin d’œil au père de Antonin Manavian et de ses bruits d’oiseaux qui sonnent pendant les rencontres de l’équipe de France masculine ! Un régal!

 

Ton juron, gros mot ou blasphème favori ? :

PR : Scheiß (germanophoniquement incorrect)

JBC : Gosh !

 

A la fin de la semaine tu aimes… :

PR : Foncer direction la montagne ! Grenobloise d’origine, j’ai mes habitudes dans le Vercors (également le Beaufort) Randonnées en toutes saisons ! à pieds, à ski et en VTT !

JBC : Si je ne vais pas sur Paris pour rencontrer des amis, j’aime les concerts et les rencontres sportives. J’aime aussi beaucoup lire et écouter des émissions de radio en podcast notamment France Inter et Nova.

 

Merci Prune !

Merci Jean Baptiste !

 


Histoire. Trophée Fédéral

Pendant des décennies de nombreux matches amicaux de hockey sur glace entre équipes non inscrites en championnat étaient organisés régulièrement un peu partout en France, souvent de façon assez anarchique. Parmi les régions pionnières en matière de championnat non-officiel, on peut citer l’Ile de France. Ce phénomène très répandu permettait ainsi aux hockeyeurs qui considéraient avant tout leur sport favori comme un simple passe-temps, de pouvoir disputer quand même des rencontres. On a pu assister ainsi dans certaines régions (Bretagne, Nord, Massif-Central, Alpes) à l’organisation de véritables compétions locales officieuses dans lesquelles étaient également inclues parfois les petites patinoires avec des dimensions non-règlementaires.

 

 

Logo du Trophée FédéralLa pratique du hockey sur glace par des hockeyeurs « loisirs », donc totalement amateurs, est évidemment une activité fort louable car, comme le dit la célèbre expression en sport « l’important, c’est de participer ». D’autant que la pratique du hockey sur glace loisir, en marge des divers championnats officiels (Ligue Magnus, D1, D2, et D3) a pris ces dernières années de plus en plus d’ampleur.

Du coup, lors de la création de la FFHG en 2006, le postulat était de savoir si la nouvelle fédération allait laisser ce genre d’épreuve non officielle continuer à proliférer sans véritable contrôle, en la laissant s’organiser de façon indépendante, au risque de perdre de nombreux joueurs du giron fédéral. Le danger était aussi de laisser un contingent important de hockeyeurs sur glace, qui cherchaient une compétition véritablement encadrée et avec un enjeu réel, se tourner par dépit vers le roller.

Dès sa prise de fonction, le président Luc Tardif, qui était bien conscient du phénomène, a voulu accompagner le hockey amateur d’une manière mieux structurée et plus officielle. Il s’est donc saisi immédiatement du problème en créant, en accord avec les membres de son comité directeur, la « Commission Loisirs » en charge de l’organisation de « Trophée Fédéral Loisirs ». Luc Tardif a supervisé personnellement le TFL avec, à ses côtés, comme premier maître d’œuvre, Michel Ballasse le président du club de Dammarie-les-Lys. Ce dernier passa ensuite le relais au bout de quatre ans à Morgan Madec, le président du club de Strasbourg, devenu responsable de la commission loisir après son élection au Comité directeur de la FFHG en 2010.

Depuis son lancement, au mois de septembre 2006, le Trophée Fédéral Loisir a connu un succès grandissant. Du coup, un nombre conséquent d’équipes ont rejoint la compétition, qu’elles soient issues de gros clubs ayant d’autres équipes séniors engagées dans des championnats traditionnels ou de plus petits clubs pour lesquels l’équipe « loisirs » est l’équipe première. En effet, un nombre conséquent de clubs qui se sont inscrits au fur et à mesure dans cette compétition ne sont même pas représentés par une équipe en Division 3. C’est donc uniquement leur formation fanion qui participe au championnat loisir qui a été surnommée au départ, de façon non officielle, la « Division 4 ». On notera que l’appellation non-officielle Division 4 est apparue au fur et à mesure que le nombre d’équipes a augmenté et que l’aspect compétitif s’est développé, mais il ne fut pas vraiment utilisé au départ.

Le fait de pratiquer un championnat de hockey sur glace loisir implique pour les clubs inscrits de se conformer à un règlement spécifique où il faut une licence particulière et où il n’y a pas de promotion-relégation. Par ailleurs, certaines règles sont différentes comme par exemple l’absence de charges. De plus, les dimensions de la patinoire sont parfois réduites comme par exemple à Châtellerault où à Joué-lès-Tours. Le règlement des pénalités diffère également avec des suspensions aggravées pour les grosses infractions de jeu. Quant au comptage des points, il existe un système de « malus » lorsqu’une équipe écope d’un trop grand nombre de pénalités à savoir : moins 1 point pour un total de 13 minutes de prison et moins 2 points pour un cumul de 25 minutes.

Match du Trophée Fédéral 18/19 à ChâtelleraultIl faut noter que depuis cette saison, et après la réunion du Comité directeur qui a eu lieu au mois de novembre 2018, l’appellation officielle du championnat de France loisir a été modifiée pour devenir désormais le « Trophée fédéral ». La suppression du mot loisir, s’il n’est absolument pas tabou, permet cependant de donner une connotation moins péjorative, et donc plus valorisante, aux yeux du grand public et des médias, à ce trophée qui est devenu une véritable compétition.

En effet, ce championnat, qui couvre l’ensemble du territoire, est divisé en sept zones géographiques : Nord, Nord-Ouest, Nord-Est, Île-de-France, Centre-Ouest (première saison), Sud-Ouest et Sud-Est. Au total 68 clubs participent cette saison au Trophée Fédéral avec, parmi eux, 27 clubs dont c’est l’équipe première qui est engagée.

Autre détail : 17 clubs ont inscrit 2 équipes. A noter que les clubs des Français Volants de Paris et de Vitry-sur-Seine sont engagés avec 3 formations différentes.

A l’issue de la première phase du championnat régional, 16 équipes sont qualifiées qui participent ensuite à quatre tournois de demi-finales avant l’organisation du grand tournoi final à quatre comme celui qui s’est déroulé par exemple à Meudon la saison dernière avec la victoire du club hôte.

A noter que la finale cette année aura lieu pour la première fois à l’Aren’ Ice de Cergy pendant le week-end de la pentecôte. Ce sera probablement une finale à six.

 

 

Le Trophée Fédéral en chiffres :

4 = Le nombre de trophées remportés par Amiens

6 = Le nombre de vainqueur différents (Amiens, Caen, Rouen, Français Volants, Meudon, Cléon), tous issus des poules Île-de-France ou Nord-Normandie.

13 = Le trophée Fédéral est disputé pour la 13e fois cette saison

24 = Le nombre d’équipes engagées en Trophée Fédéral sans avoir une autre équipe sénior engagée dans d’autre championnats nationaux (Magnus, D1, D2 ou D3).

53 = Le nombre de buts inscrits lors de la rencontre remportée par Niort le 25 novembre sur la petite glace de Joué-les-Tours (score final : 28-25)

67 = Le nombre d’équipes engagées en Trophée Fédéral

432 = Le nombre de matches de Trophée Fédéral qui seront disputés cette saison, 401 en phases régionales et 31 en phases finales.

Cliquez ici pour accéder au palmarès du Trophée Fédéral

 

 

(©) photos : Zoé Brunier


La campagne pour le versement de la taxe d’apprentissage bat son plein

L’INF poursuit son développement, en proposant des formations CQP, DE JEPS, DES JEPS. Il a accueilli en plus en 2018 sa première promotion DE Sportifs de Haut Niveau. Ainsi, l’Institut National de Formation de la Fédération Française de Hockey sur Glace, assure tout un panel de formations permettant de développer les entraîneurs qui participent aux formations professionnelles diplômantes. Grâce au versement de la taxe d’apprentissage à l’INF, possible jusqu’au 29 février, vous contribuez au développement et à la qualité des prestations de formations. Pour tous renseignements, vous pouvez contacter l’INF à l’adresse suivante : dtn-formation@ffhg.eu

 

Cliquez ici pour découvrir plus d'informations


 

 

Coupe de France :  Billetterie du Final Four

Les billets pour le Final Four de la Coupe de France de Hockey sur Glace 2019 sont disponibles à la vente ! Rendez-vous les samedi 16 et dimanche 17 février 2019 pour vivre cette formule inédite à l'AccorHotels Arena de Paris !

Cliquez ici pour accéder à la billetterie en ligne

 

 

EDF U18 Fem. Championnes du Monde D1B !

L'équipe de France féminine U18 est championne du monde de Division 1B. Les bleuettes ont dicté la loi à Dumfries, en Ecosse. Le bilan est quasi parfait pour les Bleuettes : 5 matches, 4 victoires, 13 points, 18 buts marqués, 1 but encaissé dans le jeu, et donc 1 titre de championne du monde.  Il aura fallu attendre 294 minutes de compétition pour voir les Bleuettes encaisser un but dans ce mondial D1B. Bertrand Pousse peut être fier de son collectif, il évoluera en Division 1A la saison prochaine !

Résultats de l'équipe de France U18 Féminine - Mondial D1B à Dumfries (SCO) :

Chine - France : 0-7 (Buts : Anae Simon (x2), Eloise Jure, Jade Barbirati, Emma Nonnenmacher, Manon Le Scodan, Elise Lombard)

France - Grande Bretagne : 3-0 (Buts : Jade Barbirati, Leane Nuttin, Julie Perdriel)

France - Pologne : 4-0 (Buts : Lucie Turcotte (x2), Manon Le Scodan, Lucie Quarto)

France - Pays Bas : 3-0 (Buts : Lisa Cedelle (x2), Elise Lombard)

Norvège - France : 2-1prl (But : Manon Le Scodan)

 


Cliquez ici pour retrouver l'ensemble des résultats

 

Festival des Petites Crosses 2019

Comme chaque année maintenant, le tournoi des petites crosses aura lieu à l'Accor Hôtel Aréna de Bercy lors du final four week-end. Ce tournoi est ouvert aux joueurs de la catégorie U9. Cette année, 33 équipes venues des quatre coins de la France, de Wasquehal à Toulouse en passant par Saint-Brieuc et Strasbourg, s'affronteront sur les deux patinoires de Bercy. Près de 450 enfants seront au rendez-vous et auront la chance de patiner tous ensemble sur la grande glace de l'Accor Hôtel Aréna avant la finale de la Coupe de France, point d'orgue de ce festival. A noter, cette année une équipe 100% féminine fera partie du déplacement. 

 

Nouvelles promotions CQP et DE JEPS

L’INF a accueilli deux nouvelles promotions de stagiaires CQP et DE JEPS. Les nouveaux stagiaires ont pu prendre connaissance des objectifs et attentes de la formation au cours du premier regroupement de GRENOBLE en janvier 2019.  Lors de cette première session de formation, les thèmes abordés furent notamment la méthodologique et la gestion de projet, les apprentissages , les épreuves de certification.  De plus, pour favoriser la relation entre les  joueurs, les entraîneur et les arbitres, la fédération souhaite que la valeur de respect soit présente quotidiennement. En ce sens, les stagiaires ont pu tester leurs connaissances des règles du Hockey sur Glace en répondant à un quiz de 25 questions dans un délai de 30 minutes.  Une véritable expérience pilotée par Fabrice HURT et Gilles DURAND pour comprendre le jeu d’un autre point de vue et  favoriser indirectement le développement des jeunes joueurs.
Les formation se poursuivront en février au siège de la Fédération à Cergy

 

.

Le nouveau Pôle France Féminin arrive à Cergy

A l’occasion du match opposant le Pôle France Féminin à Evry-Viry le week-end du 3 et 4 Novembre, une réunion de présentation du nouveau pôle France qui ouvrira ses portes en septembre prochain s’est tenue à l’Aren’ice. Les locaux de la patinoire et l’organisation générale ont été présentés aux joueuses et aux parents, tout comme les solutions d’hébergement à proximité et les structures scolaires et universitaires.

Dix ans après son ouverture à Chambéry, c’est au sein de son centre national de Cergy-Pontoise, tout récemment construit, que s’installera à la rentrée de septembre 2019 le pôle France Féminin. Les bons résultats du pôle, dont 19 des 23 joueuses championnes du Monde D1A en 2018 sont issues, dynamisent ainsi le projet global de la filière féminine : l’objectif des Jeux de Pékin en 2022. En effet, la formation sportive sera axée autour du développement des joueuses tant du point de vue collectif qu’individuel dans l’optique de rejoindre l’équipe de France sénior.

Si l’objectif est évidemment sportif, le pôle n’oublie pas l’importance du parcours scolaire : 88% de nos sportifs en centre de formation ont décroché leur baccalauréat sur l’olympiade 2014-2018. Les structures scolaires et universitaires ont ainsi été présentées ainsi que le suivi régulier des joueuses. Ainsi, une convention sera signée avec le Lycée Jules Verne de Cergy qui obtient une réussite au bac de 94% et deux grandes universités, celle de Cergy et celle de Nanterre, complèteront les possibilités de formation des joueuses.

Les nouveaux hébergements à proximité de l’Aren’Ice (moins de 10 minutes à pied) proposeront des chambres doubles pour les mineures et simples pour les majeures, le tout en pension complète.

La campagne d’inscription sera lancée début décembre et un week-end de sélections sera organisé les samedi 2 et dimanche 3 février.
 

Cliquez ici pour découvrir la plaquette d'informations
 


 

DTN. Christine Duchamp nommée Directrice

C'est officiel : Christine Duchamp a été nommée Directrice Technique Nationale, succédant ainsi à Gérald Guennelon, nommé en 2006 à la création de la fédération. Elle devient la première femme à occuper ce poste à la FFHG. Luc Tardif, Président de la Fédération Française de Hockey sur Glace a proposé au ministère des sports de retenir la candidature de l'ancienne internationale et entraîneure de l’équipe de France Féminine (2005-2013). Depuis septembre 2015, Christine Duchamp exerçait le rôle de DTN adjointe, après avoir assumé la responsabilité du Pôle France de Chambéry entre 2008 et 2015.

 

 


Agenda

 

COUPE DE FRANCE 

Final Four

Samedi 16 Février - 1/2 finales

  • 13h30 : Strasbourg - Amiens
  • 17h15 : Chamonix - Lyon

Dimanche 17 Février

  • 14h30 : Finale

Cliquez ici pour suivre les résultats

 

 

Le Final Four de la Coupe de France 2019 aura lieu les samedi 16 et dimanche 17 février 2019 à l'AccorHotels Arena. Réservez dès à présent votre place sur la billetterie officielle en ligne

 


CHAMPIONNATS

DERNIÈRE JOURNEE DES SAISONS REGULIERES

 

 

U17 Élite

Au programme du Samedi 23 février 2019 :

  • Amiens - Grenoble
  • Montpellier - Briançon
  • Rouen - Villard-de-Lans
  • Évry-Viry - Caen
  • Clermont-Ferrand - Meudon/ACBB
  • Strasbourg - Hockey Club 74
  • Lyon - Cergy-Pontoise
  • Courbevoie - Angers

Trois matches se dérouleront en décalé le dimanche 3 mars :

  • Hockey Club 74 - Grenoble
  • Rouen - Gap
  • Anglet - Amiens 

Cliquez ici pour accéder au calendrier et suivre les résultats

 

U20 Élite

Au programme du Dimanche 24 février 2019 :

  • Gap - Annecy
  • Grenoble - Rouen
  • Évry-Viry - Angers
  • Hockey Club 74 - Anglet
  • Villard-de-Lans - Strasbourg
  • Caen - Mulhouse
  • Clermont-Ferrand - Amiens
  • Bordeaux - Lyon

Les matches Anglet - Rouen et Gap - Amiens se joueront en décalé le dimanche 3 mars 2019. 

 

 

Cliquez ici pour accéder au calendrier et suivre les résultats

 

Synerglace Ligue Magnus

Au programme de la 44ème journée :

Mardi 26 février 2019

  • Grenoble - Rouen
  • Mulhouse - Angers
  • Bordeaux - Amiens
  • Gap - Strasbourg
  • Anglet - Nice
  • Lyon - Chamonix

Cliquez ici pour accéder au calendrier et suivre les résultats

 

Division 1

Au programme de la 26ème journée :

Samedi 2 mars 2019

  • Dunkerque - Caen
  • Neuilly-sur-Marne - La Roche-sur-Yon
  • Montpellier - Cholet
  • Mont-Blanc - Tours
  • Brest - Nantes
  • Cergy-Pontoise - Briançon
  • Chambéry - Marseille

Cliquez ici pour accéder au calendrier et suivre les résultats

 

Féminin Élite

Au programme du Samedi 9 mars 2019 :

Poule Nord

  • Évry-Viry - Tours
  • Amiens - Cergy-Pontoise

Poule Sud

  • Besançon - Hockey Club 74
  • Occitanie - Grenoble

Cliquez ici pour accéder au calendrier et suivre les résultats


EQUIPES DE FRANCE

MONDIAUX

 

SENIORS FEMMES

Au programme de l'équipe de France féminine - Mondial Elite 2019 à Espoo (FIN) :

Groupe B

  • Jeudi 4 avril : France - Japon (17h00)*
  • Vendredi 5 avril : République tchèque - France (15h00)
  • Dimanche 7 avril : France - Suède (15h00)
  • Lundi 8 avril : Allemagne - France (17h00)

* Tous les horaires sont indiqués en heure française.

Cliquez ici pour accéder au site officiel de la compétition

 

U18 HOMMES

Mondial Division 1 Groupe A à Grenoble

Équipes participantes : Allemagne, Danemark, France, Kazakhstan, Norvège, Ukraine

Date : 14 au 21 avril 2019

Calendrier :

Dimanche 14 avril

  • Norvège - Danemark (12h30)
  • Ukraine - France (16h00, avec cérémonie d'ouverture)
  • Kazakhstan - Allemagne (19h30)

Lundi 15 avril

  • Danemark - Ukraine (12h30)
  • Allemagne - Norvège (16h00)
  • France - Kazakhstan (19h30)

Mercredi 17 avril

  • Ukraine - Kazakhstan (12h30)
  • Allemagne - Danemark (16h00)
  • France - Norvège (19h30)

Jeudi 18 avril

  • Allemagne - Ukraine (12h30)
  • Kazakhstan - Norvège (16h00)
  • France - Danemark (19h30)

Samedi 20 avril

 

  • Norvège - Ukraine (12h30)
  • Danemark - Kazakhstan (16h00)
  • France - Allemagne (19h30)

Lien Billetterie

 

SENIORS HOMMES

Au programme de l'équipe de France - Mondial Élite 2019 en Slovaquie :

Groupe B (Košice)

  • Samedi 11 mai : Danemark - France (12h15)
  • Dimanche 12 mai : États-Unis - France (12h15)
  • Mardi 14 mai : Allemagne - France (20h15)
  • Jeudi 16 mai : Canada - France (16h15)
  • Vendredi 17 mai : France - Slovaquie (17h15)
  • Dimanche 19 mai : France - Finlande (20h15)
  • Lundi 20 mai : France - Grande-Bretagne (16h15)

Cliquez ici pour accéder au site officiel de la compétition

 

 


117

C'est le nombre de bénévoles qui seront présents lors du Final Four de la Coupe de France à l'AccorHotels Arena de Paris les 16 et 17 février 2019.

 

450

C'est le nombre de U9 qui participeront au Festival des Petites Crosses, dont une équipe 100% féminine.

 

13 364

L'affluence record pour une finale de Coupe de France. Le 31 janvier 2011 au Palais Omnisport de Paris-Bercy (devenu AccorHotels Arena), lors de la finale opposant Rouen à Angers (5-4prl).

 

6

La future patinoire d’Angers sera la 6ème patinoire à double piste réglementaire après Paris-Bercy, Rouen, Amiens, Grenoble et Cergy.

 

15 249

Comme l'affluence cumulée lors de la 28ème journée de Synerglace Ligue Magnus le 30 décembre dernier. Meilleure performance de l'année. Une moyenne de 2 542 spectateurs par match. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modifié le mardi, 02 avril 2019 11:03
vous avez aimé cet article ? suivez-nous sur les réseaux sociaux

Vous acceptez de vous inscrire à notre newsletter pour recevoir toutes les actualités et événements de la FFHG par email et vous acceptez nos « CGU ».

Adresse email non valide

Actualités Newsletter - A lire aussi