Imprimer cette page

La Ligne Bleue N°38

Publié le samedi, 29 juin 2019 12:00

 


Édito de Luc Tardif. 

 

Il y a une année, j'annonçais la mise en place d'une nouvelle organisation pour mon dernier mandat. Un nouvel organigramme avec deux Vice-Présidents qui m'a permis de déléguer et me libérer du temps. Du temps pour visiter davantage les clubs, aller davantage au contact des licenciés et des pratiquants. J'ai ainsi pu visiter près de 25 structures.

Je continuerai à être plus proche et plus disponible. Alors que l'Assemblée Générale s'achève, c'est aussi l'heure des bilans. Pour relativiser cet exercice, accordez moi ce jeu de mots ! C'était une saison « mi figue mi pépin ».

Du point de vue des résultats, les satisfactions sont minces mais il faut les souligner. En Finlande, plus précisément à Espoo début avril, au mondial Élite Féminin, nos Françaises se sont fait respecter avec des valeurs, de la qualité et du talent. Il conviendra de capitaliser sur ces progrès entrevus face à des nations réputées plus fortes et qui, dorénavant, savent qu'il faudra compter avec les Françaises.


Cette perspective qui demande confirmation ne peut cacher l'immense déception du bilan masculin. Les rétrogradations en senior et en U20 sont complétées par une contre-performance en U18 (maintien de justesse dans une compétition organisée à domicile). Même si cela reste un bon baromètre de notre formation, les résultats de nos collectifs jeunes sont délicats à comparer d'une saison sur l'autre. Concernant les seniors, il faut le reconnaître, c'est un coup d'arrêt à la progression entamée depuis plus de 10 ans. C'est le sport et - quand sa dure réalité vient nous le rappeler- il faut l'accepter, se poser, analyser et faire les corrections nécessaires.

Depuis son accession dans l'Élite mondiale en 2008, l'équipe nationale a tutoyé le très bon, (méritant trois fois en 2012, 2014 et 2017 un classement dans le top 10 mondial,) et a souvent «frôlé la correctionnelle» (trois fois classée à l'avant dernière place synonyme de maintien). Pas cette année.


Et quand bien même les reformes du sport français ne nous mettent pas (dans l'attente d'annonces plus favorables) dans les meilleures conditions, nous nous devons d'adopter les comportements qui font les gagnants. Je préfère l'attitude qui consiste à rebondir en se remontant les manches qu’énumérer un flot d’excuses. Nous accepterons d’autant mieux le résultat que nous nous focaliserons sur les prochains objectifs avec un état d'esprit tourné vers l'avenir.

A court terme, celui-ci s'accompagne d'ondes positives. Des enceintes modernes, adaptées aux normes actuelles vont s'ouvrir à la rentrée dans des terroirs de hockey (Louviers, Angers, Dunkerque). La qualité et la mise à disposition de ces outils et un maillon essentiel de la politique fédérale qui vise à recruter, fidéliser et développer les futures générations. C'est un cercle vertueux qui sera entretenu par une inauguration à Meudon en 2020 et des projets porteurs d'espoirs dans des territoires sous équipés comme les Hauts-de-France (projet à Lille) et le centre de la France (Saint-Étienne).

A ce stade de l'année, et en me retournant sur les rencontres effectuées tout au long de l'hiver dernier, je tiens à remercier les élus, les salariés, les cadres, les dirigeants et tous les acteurs qui rendent les choses possibles pour faire jouer ou encadrer nos licenciés. Si la passion est notre moteur, je sais combien le repos et la chaleur de l'été sont précieux pour recharger les batteries. A toutes et tous je vous souhaite un bel été pour se ressourcer et revenir plus forts dès la fin août.

Luc Tardif 

Président de la FFHG

(c) Photos : X. Lainé / FFHG

 


 

De 22 à 20 joueurs sur la feuille match, un petit recul pour une grande avancée !

Parmi les nouveaux règlements validés par les clubs présents à l'Assemblée Générale du 23 juin, la modification du nombre de joueurs inscrits sur la feuille de match est une petite révolution. La régulation des effectifs a pour objectif de renforcer le temps de jeu effectif et la proportion de joueurs français dans toutes les divisions. Jusqu'à présent, une équipe pouvait être composée – au maximum - de 22 joueurs dont 2 gardiens but. Le nouveau format qui entrera en vigueur dès la saison prochaine (septembre 2019) concerne la catégorie sénior masculine D2, D1 et SLM. Changement majeur, le nombre maximum est réduit à 20 dont 2 gardiens. Alors pourquoi ce changement ?

Il faut dans un premier temps, rappeler que les compositions d'équipes doivent comprendre un nombre minimum de JFL (Joueurs Formés Localement). Jusqu'à présent ce nombre était de 11 soit 50% de l'effectif maximum, il sera pour la saison prochaine de 10 (dont un gardien) mais sur un effectif maximum réduit à 20 (2 gardiens + 18 joueurs). Une équipe composée de 18 joueurs aura donc un maximum de 8 « non JFL » dans son alignement.

Dans un second temps, il faut considérer qu'aujourd’hui, une équipe de hockey ne pourra prétendre être compétitive en utilisant trop intensivement les mêmes joueurs (risque de fatigue et de blessures). Une rotation à 15 est plus exigeante qu'à 18. Par cette régulation des effectifs, la Fédération entreprend, non seulement, de modifier le nombre de joueurs non formés dans l'hexagone mais souhaite donner du temps de jeu effectif aux joueurs formés en France.

Si la législation, et plus particulièrement, la libre circulation des travailleurs dans la communauté européenne, est une aubaine pour recruter des joueurs de nations plus ou moins voisines (comme la République tchèque, la Suède ou la Finlande – pour ne citer que des puissances mondiales réputées et à fort contingents de joueurs) il est important de développer des joueurs pour nos équipes nationales. Fruit de réflexions et concertations, cette réforme vise donc à offrir dans les championnats D2, D1 et SLM des conditions favorables à l'épanouissement de nos meilleurs joueurs formés dans nos structures. Opposés et associés à des joueurs issus d'autres pays est, et restera, un moyen de parfaire leur développement sereinement dans des championnats hexagonaux compétitifs.

La prochaine saison sera la première avec ce format. En plein mois de juin, nous sommes allés à la rencontre des techniciens et managers pour évoquer les impacts de ce changement notamment sur le recrutement et la composition de leur équipe. Spontanément à l'évocation de cette réforme, la première réaction est unanimement positive. « Il s'agit d'une excellente nouvelle pour nos jeunes joueurs » dit Alexis Billard (Coach des U20 et coach adjoint des Ducs à Angers SLM). À Bordeaux, Stephan Tartari (Manager des Boxers) ou à Morzine, Stephane Gros (Coach et Manager) saluent une décision qui va dans le sens du hockey français. « Dès la fin de leur carrière junior, il y aura plus de postes offerts aux Français » indique le Manager de Bordeaux dont le club se construit un mouvement junior complet.

En D2 cette saison, Romain Bonnefond, Manager et coach de Roanne se dit satisfait pour son club mais aussi pour l'entente récemment conclue avec Clermont-Ferrand et Lyon, mais également pour la Division 2 : « Les jeunes Français trouveront du temps de jeu de qualité dans un championnat qui convient parfaitement aux années post-junior ». C'est entendu comme cela aussi à Angers, qui utilise des licences bleues avec Cholet, club de D1. « Les moins de 23 ans trouvent avec cette réforme, un accès privilégié au niveau qui leur convient mieux ». Comme Stephan Tartari et Stéphane Gros, il précise que la SLM n'est pas la meilleure ligue de développement, sauf pour les joueurs à maturité précoce. « A ce jour, rares sont ceux qui peuvent prétendre prendre une place dans sur les 2 premières lignes à 19 ou 20 ans » précisent-ils.

Il s'agit donc de regarder cette réforme avec une vue d’ensemble. La règle des accords de libre circulation (licences bleues) que beaucoup de clubs pratiquent depuis plusieurs saisons (Rouen et Caen, Amiens avec Dunkerque et Wasquehal, Grenoble avec Chambéry et Vaujany…) a établi des ponts qui permettent aux clubs formateurs d’offrir du temps jeu aux jeunes séniors. Objectif : les conserver et les faire grandir. Les « contingents » ne se limitent pas aux joueurs sur la feuille de match, et encore moins à partir de cette saison » explique Alexis Billard. « Nous formons des U17 et des U20 pour le hockey français, nous devons leur donner du temps de jeu, en SLM ils peuvent se sentir frustrés, descendre d’une division s’avèrera une option épanouissante ».

À Morzine, impliqué de la première heure dans le HC 74, le passage à 20 joueurs dont 10 français est une formalité. Pour Stéphane Gros : « le vivier de joueurs est dense, les joueurs seront impliqués dans le projet et on fera jouer la concurrence », et il aborde un autre point ; celui des entraînements (plus nombreux en D1 et D2 qui ne jouent qu’un match hebdomadaire) : « Il faut 4 lignes pour construire des séances efficaces, il y aura plus de concurrence à l’entrainement » comme le confirme tous les entraîneurs interrogés. « Je dois tenir compte d’éventuels blessés ou malades » précise Romain Bonnefond, « je dois pouvoir compter sur 24 joueurs pour 22 à l’entraînement, ça mettra mécaniquement de la concurrence »

À Bordeaux, les U20 feront le saut plus tôt. « Nous allons les intégrer au groupe et aux séances d’entraînement, cela leur donnera le rythme » ajoute le Manager des Boxers. Si le joueur est placé au bon échelon, avec plus de passerelles et plus de postes, il y en aura plus de JFL sur la glace. Alexis Billard : « Pour rejoindre le haut niveau international, jouer avec et contre des adultes est une bonne voie pour un junior français ».

Ce format de feuille de match à 20 trouve des soutiens à tous les niveaux. Rares sont les changements de règles qui reçoivent un aussi bon accueil. Les clubs, les officiels, les médias, les fans et tous les acteurs ont salué cette annonce fin février 2019. Et si, comme le souligne Stéphane Gros, pour cette saison, le volume de JFL* sera théoriquement inférieur - un petit pas en arrière (10 JFL* en D1 et SLM en 19/20) - c’est pour faire des pas en avant avec des dispositions déjà validées pour la saison 2020/21 (11 en D1 et 13 en D2). Cela va dans le sens de préparer les staffs et d’identifier les joueurs à potentiel. En effet, si toutes ces dispositions, d’apparence contraignantes, doivent trouver une logique, c’est bien celle de fidéliser et de développer nos meilleurs jeunes dans nos championnats. Les aguerrir le long de leur parcours junior, multiplier les matches, (ils peuvent jouer senior dès 17 ans vendredi ou samedi et U20 le dimanche). Les calendriers le permettent et avec la volonté de tous, le volume de JFL* ne cessera de s’accroître offrant ainsi aux clubs et aux sélectionneurs plus de ressources, plus de qualité et de choix franco-français. CQFD !


*JFL : La définition du Joueur Formé Localement, établie à l’article 8 du règlement des activités sportives, restera inchangée : « un joueur qui indépendamment de sa nationalité ou de son âge, a été licencié auprès d’un ou plusieurs club(s) affilié(s) à la FFHG et/ou FFSG, pendant une période continue ou non de trois saisons complètes (date limite des transferts fixée par la FFHG jusqu’à la date de fin de saison fixée par la FFHG) jusqu’à l’âge de 20 ans ou jusqu’à la fin de la saison pendant laquelle le joueur a son vingtième anniversaire, sans distinction de club. »
 

 


L'intersaison : une période clé pour la CNSCG

Créée en 2000 sous l’appellation de Commission de Contrôle de Gestion et de Développement, initialement composée de deux membres qui contrôlaient la situation financière des seuls clubs de Ligue Magnus, la Commission Nationale de Suivi et de Contrôle de Gestion (CNSCG) est aujourd’hui une commission fédérale dont l’activité bat son plein, particulièrement aux mois de juin et juillet. 

 

Objet et composition

Ses principaux objectifs visent à assurer la pérennité des associations et sociétés sportives, favoriser le respect de l’équité sportive et contribuer à la régulation économique des compétitions.

A cet effet, la commission demande pour chaque début de saison des comptes équilibrés, afin de s’assurer que la situation financière des clubs est saine. Pour remplir cette mission, elle est amenée à auditionner les clubs et exige de leur part la transmission de rapports et de documents comptables selon un calendrier précis, ainsi que les sanctions financières prévues en cas de défaut de transmission et/ou de non-respect des délais de transmission.

La CNSCG est actuellement composée de 10 membres bénévoles : Fabrice Bauer (Président) Ludovic Bezault, Gilles Bouffette, Fabien Cregut, Christophe Deroo, Marie Dvorsak, Sébastien Flouquet, Julien Lacour, Thomas Lehmann, Pascal Mirocha.

La variété des profils de chacun (directeurs administratifs et financiers, analystes financiers, commissaires aux comptes) permet la mise en place d’échanges et débats constructifs visant à cibler, le cas échéant, les points d’attention et d’alerte sur la situation de chaque club.

En parallèle, deux salariés de la FFHG veillent au bon fonctionnement de l’activité courante de la commission et sont les points de contact des clubs.

 

Fonctionnement & étude des dossiers financiers

Au sein de la FFHG, trois organes interviennent dans la procédure de contrôle de gestion.

·         Principalement la CNSCG, qui assure le suivi et le contrôle juridique et financier des clubs.

Elle effectue durant chaque intersaison une étude des dossiers financiers des clubs ce qui l’amène à prononcer des décisions de validation, validation avec encadrement ou non validation de la participation des clubs dans la division au sein de laquelle ils sont sportivement qualifiés.

Elle est également compétente, en cours de saison, pour prononcer des décisions de mise sous surveillance, induisant l’envoi de documents mensuels pour veiller régulièrement à l’évolution de la situation financière des clubs, ou de contrôle des Mutations et Renouvellements de Licences des clubs.

Eu égard à son objet et à ses compétences, la CNSCG peut être amenée à sanctionner les violations du règlement CNSCG (sanctions financières).

·         Le Bureau directeur fédéral intervient en aval de l’étude des dossiers financiers des clubs chaque intersaison par la CNSCG.

En cas de non validation, il détermine la nouvelle division, après avis de la CNSCG.

Il est également compétent pour sanctionner les violations du règlement CNSCG (sanctions sportives).

·         Enfin, la Commission fédérale d’appel peut-être saisie par les clubs qui souhaitent contester les décisions. 

 

Calendrier-type de la CNSCG sur 1 saison sportive :

10 à 15 réunions physiques :

·         Une en début de saison (Octobre-Novembre) : L’ordre du jour se compose principalement des points suivants : suivi de l’activité des clubs - Retour d’expérience sur la saison précédente – Echanges sur les évolutions à apporter à son règlement et cahier des charges – Fixer les points d’alerte.

·         De 3 à 5 réunions entre les mois de Janvier et Avril : Sont traités les points suivants : suivi de l’activité des clubs – Echanges sur les modifications à apporter aux règlement et cahier des charges - Etude des situations comptables intermédiaires des clubs de Synerglace Ligue Magnus - Audition des clubs convoqués (si nécessaire).

·         De 8 à 10 réunions aux mois de Juin et Juillet : L’activité de la CNSCG tourne à plein régime avec l’étude des dossiers financiers des clubs de Synerglace Ligue Magnus, Divisions 1 et 2 – Si nécessaire, les représentants des clubs sont convoqués pour être auditionnés par les membres de la CNSCG.

 

+ 3 à 5 audioconférences complémentaires.

 

Quelques chiffres

La CNSCG assure le suivi de la situation financière de 60 à 65 structures (sociétés sportives et associations) évoluant en Synerglace Ligue Magnus, Divisions 1 et 2.

Elle traite entre 1000 et 1200 documents comptables et juridiques sur l’ensemble de la saison.

Sont programmées entre 120 et 130 heures de réunions physiques plénières par an.

En moyenne sur une saison, les membres de la CNSCG échangent entre 15 et 20 heures avec les représentants des clubs convoqués par elle.

 


Vidéo : Le pôle France Féminin déménage 

Installé depuis 2008, le Pôle France quittera Chambéry pour Cergy-Pontoise en septembre. Retrouvez en vidéo un résumé de ces 11 belles années, avec notamment les souvenirs de Marion Allemoz, Athéna Locatelli et Lara Escudero.


La photo du jour : les 60 ans des victoires de l'ACBB à la Coupe Spengler 

Il y a soixante ans, le club de l'ACBB remportait la première de ses trois victoires historiques dans le tournoi international de la Coupe Spengler à Davos en Suisse (1959, 1960, 1961). Pour fêter cet anniversaire et souligner cet exploit indédit, le club de Boulogne-Billancourt vient d'être élu au Temple de la Renommée de la FFHG en 2019.


Les formations de dirigeants bénévoles sont lancées et possibles sur tout le territoire national

Deux Ligues régionales de hockey sur glace ont été moteurs et se sont engagées les premières dans la formation de dirigeants bénévoles. Les territoires bretons et franciliens ont organisé deux formations sur des thématiques spécifiques liées à leurs besoins respectifs.

Le samedi 13 avril 2019, en marge de la rencontre de préparation au Mondial Elite 2019, France-Russie, était organisée au siège fédéral, la formation des dirigeants par la Ligue Île-de-France, en collaboration avec l’Institut National de Formation (INF). « Les ateliers de la ligue » ont rassemblé les présidents, secrétaires, trésoriers, dirigeants des clubs franciliens (Dammarie-Les-Lys, Evry-Viry, Cergy-Pontoise, Deuil, Neuilly-sur-Marne, Courbevoie, Meudon). La formation, ouverte également aux clubs des ligues voisines, a aussi permis d’accueillir des élus du Hockey Club Compiegnois.

Cette journée riche d’enseignements, a permis aux dirigeants du hockey sur glace un partage de bonnes pratiques et des discussions constructives. Benjamin Bilet, chargé de développement à la fédération est intervenu pour présenter aux clubs l’organisation structurelle de la fédération, à l’échelon fédéral, zones et ligues. Faboula Sissoko, juriste à l’UNSA, a pu répondre aux interrogations des clubs en matière de responsabilité civile et pénale. Grégory Spencer, Conseiller Technique de Ligue a animé la formation et présenté les principes de fonctionnement d’une association et des axes de développement d’une plus grande masse de joueurs/joueuses.

Des outils et contenus ont été délivrés pour faciliter l’exercice des missions des clubs sur des thématiques fonctionnelles : juridiques, financières, organisationnelles. Les objectifs de la journée étaient l’identification et la sensibilisation des dirigeants à la sécurité, aux responsabilités individuelles, collectives, civiles, pénales, inhérentes aux associations. Les outils fédéraux comme la philosophie d’action, la construction du projet associatif, le classeur pédagogique, le film promotionnel sur le code moral, le livret du jeune hockeyeur et le plan de formation étaient aussi au cœur de la réflexion.

Fort de ce succès, la Ligue Ile-De-France va programmer de nouveaux rendez-vous lors de la prochaine saison, avec en ligne de mire l’élaboration d’un « plan de formation », en cohérence avec le projet sportif et associatif construit par la ligue, et en lien avec la COCD et l’INF.

Le samedi 27 avril s’est déroulée la deuxième formation des dirigeants, à la patinoire le Blizz de Rennes, à l’initiative de la Ligue Bretagne de Hockey sur Glace, en collaboration avec l’Institut National de Formation de la Fédération Française de Hockey sur Glace et avec l’aide d’Yven Sadoun, entraîneur au club de Rennes, et stagiaire en formation DES JEPS.

Cette première formation sur le territoire breton a rassemblé des présidents, secrétaires, trésoriers, membres de conseil d’administration et de commission de l’ensemble des clubs de la ligue : l’association Rennes Cormorans HC, le Brest Albatros Hockey, le Lanester Hockey sur Glace "Les Béliers" et le Hockey Club Les Korrigans de Saint-Brieuc.

Mobilisé sur cette formation des dirigeants, le Comité Départemental Olympique et Sportif (CDOS) d’Ille-Et-Vilaine est intervenu pour aborder les problématiques émergentes en Bretagne sur les thématiques suivantes :

  • Le recrutement, la gestion et la fidélisation des bénévoles, dans le respect des dispositions juridiques applicables aux associations ; 
  • La recherche de subventions et la constitution de dossiers d’aides financières auprès des collectivités territoriales ;
  • Les responsabilités des différents acteurs de la vie associative sportive.

Au cours de cette journée riche d’échanges et d’enseignements, les règles en matière de vie associative, comme les obligations inhérentes à la création et au fonctionnement d’une association, des outils permettant de gérer une comptabilité ont été précisés par Cécile Mauny, formatrice au CDOS Ille-Et-Vilaine et Jean-Paul Le Bozec, son trésorier.

 

Les organismes susceptibles de pouvoir aider au financement de projets associatifs ont également été présentés. 

Les participants ont pu échanger sur leurs problématiques respectives et sont repartis avec des outils d’aide à la gestion financière et au recrutement et à la fidélisation des bénévoles.


La Fédération a décidé d’encourager les ligues à s’investir dans la formation des dirigeants bénévoles de ligue et clubs. La démarche est simple : la ligue doit exprimer ses besoins, en se portant candidate à l’organisation d’une formation. La candidature se traduit par une mise par écrit du programme pédagogique souhaité, ainsi que les formateurs mobilisés afin de dispenser la formation souhaitée, transmise à l’Institut National de Formation qui valide le contenu pédagogique.

La ligue peut entreprendre une demande d’aide dans le financement de la formation auprèss de la COCD de la fédération (Commission d’Organisation des Compétitions et du Développement) dans le cadre du PDA (Plan d’action). La COCD statuera sur la demande et notifiera à la ligue sa décision ou non d’apporter une aide financière. 

L’INF, organisme de formation, responsable pédagogique et administratif apporte un soutien aux ligues qui souhaiteraient s’inscrire dans le plan fédéral de développement et de structuration des clubs et des ligues. Le service formation de la FFHG est à votre disposition, pour tout renseignement : dtn-formation@ffhg.eu[CJ1]


Informations sur l’activité d’agent sportif

L’accès à la profession d’agent sportif est soumis à un certain nombre d’obligations qui dépendent de la nationalité de l’agent sportif – selon qu’il soit ressortissant d’un Etat de l’Union Européenne, d’un Etat de L’Espace Economique Européen ou d’un autre Etat.  

En France, l’accès à l’activité est conditionné à l’obtention d’une licence d’agent sportif pour laquelle une session d’examen est ouverte chaque année.

L’agent sportif ne doit pas nuire aux intérêts des sportifs, des groupements sportifs ni de la discipline sportive concernée ; l’inscription à l’examen est donc soumise à un certain nombre d’incompatibilités et d’incapacités.

L’examen est constitué de 2 épreuves ; la première évalue les connaissances utiles à l’exercice de l’activité (notamment en matière sociale, contractuelle, sportive, etc.). La seconde est destinée à évaluer la connaissance des règlements de la FFHG et de l’IIHF.

 

Retrouvez toutes les informations sur la profession et le dossier d’inscription à l’examen sur le site internet de la FFHG : https://www.hockeyfrance.com/ffhg/la-federation/agents-sportifs.

 

Palmarès

Suite et fin du palmarès de la saison 2018/2019, avec les titres décernés dans les catégories jeunes. En U20 Elite, Rouen bat Grenoble en finale (8-6 au cumulé des deux matchs). Les Bruleurs de Loups s'inclinent aussi en finale U17 Elite face au Hockey Club 74 (9-8 au cumulé des deux matchs) après avoir terminé deuxième de la Poule A en saison régulière. Le HC74 double la mise en U15 Elite en remportant le carré final organisé à Polesud. Dans les championnats Excellence, Tours remporte le carré final avec 6 points en U20, pendant que Toulouse-Blagnac s'impose avec 8 points en U17. Enfin, le Trophée Fédéral organisé à l'Aren'Ice de Cergy-Pontoise est remporté par Serre Chevalier.  

Cliquez ici pour accéder à l'ensemble du palmarès 2018/2019

 

Tournoi féminin Morzine-Avoriaz

Le club de Morzine-Avoriaz organise le premier tournoi international féminin U11, la HCMA Inernational Girls Cup. L'évènement se tiendra à la SkodaArena de Morzine le week-end du 16 et 17 Novembre 2019. 

Cliquez ici pour accéder à la plaquette informative

 

SLM : nouveau logo

Synerglace renouvelle son partenariat titre du Championnat de France de Hockey sur Glace, la Synerglace Ligue Magnus pour la saison 2019/2020. Pour cette nouvelle saison, le naming ne change pas mais le logo officiel évolue en s'adaptant à la nouvelle charte Synerglace mise en place dans le cadre de ses 20 ans d'existence. La marque reste également associée aux arbitres et aux Top Scorers de chaque club.

Communiqué complet à retrouver ici

 


Agenda

EDF FEM

TESTS PHYSIQUES - DU JEUDI 27 AU DIMANCHE 30 JUIN

Lieu : Chambéry

 

EDF U20

PREMIER STAGE POUR LES U20 - DU SAMEDI 27 AU MERCREDI 31 JUILLET

Lieu : Chambéry

 

FFHG

STAGE NATIONAL DES ARBITRES - DU VENDREDI 2 AU DIMANCHE 4 AOUT

Lieu : Amiens

 

EDF U18

STAGE DE REPRISE U18 - DU DIMANCHE 4 AU MARDI 13 AOUT

Lieu : Mulhouse

 

CHL

DEBUT DE LA PHASE DE GROUPE POUR GRENOBLE - 30 AOUT

 

Groupe E
  • Vendredi 30 août 19h00 : Kärpät Oulu - Grenoble
  • Dimanche 01 septembre 16h00 : Skelleftea AIK - Grenoble
  • Jeudi 5 septembre 19h30 : Grenoble - Kärpät Oulu
  • Samedi 7 septembre 19h30 : Grenoble - Skelleftea AIK
  • Mardi 8 octobre 19h45 : SC Bern - Grenoble
  • Mardi 15 octobre 19h30 : Grenoble - SC Bern

 

SYNERGLACE LIGUE MAGNUS

MATCH D'OUVERTURE - MARDI 10 SEPTEMBRE

Briançon - Amiens 

 

COUPE DE FRANCE

FINALE - DIMANCHE 16 FÉVRIER

AccorHotels Arena - Paris

 

 


452 279

Le nombre de spectateurs cumulés ayant assisté aux 264 rencontres de la saison régulière 2018/2019 de Synerglace Ligue Magnus. Soit une moyenne de 1 713 spectateurs par match. 

 

122

Comme le nombre de Labels fédéraux 2019/2021 décernés aux clubs. 

Nouveautés de cette année : Le Label Arbitrage et Table de Marque ainsi que le Label Compétences Encadrement ont été créés, afin que la reconnaissance fédérale recouvre l’ensemble des catégories de formation. 

Ainsi, les clubs pourront bénéficier d’un Label fédéral sur toutes leurs sections jeunes (Ecole de Hockey, U9, U11 et U13), leur section arbitrage (Arbitrage et Table de Marque) et leur structuration de club (Compétences Encadrement) ce qui leur permettra de valoriser leurs actions auprès des collectivités et institutions.

Cette année, 41 clubs se sont vus labellisés pour 122 Labels donnés pour la période 2019-2021.

 

12

La 12ème Promotion du Temple de la Renomée a été dévoilée lors de l'Assemblée Générale à Cergy. Ainsi, Guy Durand, Guy Fournier, Zdeneck Blaha, André Catelin, Bruno Ranzoni et l'Athletic Club de Boulogne-Billancourt (catégorie bâtisseur) ont été honorés et intègrent le Temple de la Renommée pour leur grande contribution en faveur du hockey tricolore. 

Communiqué complet à retrouver en cliquant ici

 

8

À l'occasion de son Assemblée générale, la FFHG a récompensé et mis en avant 8 "méritants" pour les remercier de leur implication au sein du hockey français.

Découvrez la liste en cliquant ici

 
 
 
 
 
 
 
 
Modifié le mardi, 06 août 2019 08:54
vous avez aimé cet article ? suivez-nous sur les réseaux sociaux

Vous acceptez de vous inscrire à notre newsletter pour recevoir toutes les actualités et événements de la FFHG par email et vous acceptez nos « CGU ».

Adresse email non valide

Actualités Newsletter - A lire aussi