Logo de ticket - Boutique

PROMOTION 2023

Temple de la Renommée FFHG

Membres de la 15ème promotion : Lydie Breton, Guy Dupuis, Céline Parmentier, Denis Perez, Alain Vignais ainsi que Thierry Chaix et Dominique Durand (Bâtisseurs)

 


LYDIE BRETON

Née à Epinay-sur-Seine, avec sa sœur Marie-Pierre, elles débutent par de la danse classique avant de se passionner pour le hockey sur glace en se rendant à l’ancienne la patinoire de Cergy-Pontoise. En 1986, entraînée par Philippe Bidoli, elle joue et se perfectionne avec les jeunes garçons U15 et U17. Lors de la création du premier championnat de France en 1987, son équipe de Cergy termine à la deuxième place. Mais, dès 1991, Lydie et ses coéquipières impose une incroyable hégémonie puisqu’elles remporteront au total 17 titres de championnes de France jusqu’en 2009 ! Entre-temps, cette même année, elle est sélectionnée en équipe de France dès 1989 sous la direction de Pete Laliberté et Camil Gélinas. En 1991, elle dispute avec la sélection tricolore ses premiers championnats d’Europe féminin en Tchécoslovaquie. Dès le départ de sa carrière internationale, Lydie Breton est nommée capitaine des Tricolores et le restera jusqu’au championnat d’Europe. Après une courte absence de la sélection pour des raisons professionnelles en 1998, elle retrouvera l’équipe de France pour le mondial 1999 à Colmar où l’équipe de France obtiendra une médaille de Bronze du premier championnat du monde groupe B. Elle mettra fin à sa carrière avec les Bleues en 2003 après le Mondial de Riga ayant disputé 5 championnats d’Europe et 2 championnats du monde, mais continuera de jouer avec le club de Cergy jusqu’à l’âge de 43 ans ! Défenseure complète, dotée d’un excellent sens du jeu et redoutée pour la puissance de son lancer, elle a toujours occupé les premiers rôles dans l’équipe, et encadré les jeunes sur la fin de sa carrière. Leader charismatique de Cergy comme de l’équipe de France, elle a très nettement marqué le hockey français et elle a fortement contribué aux avancées du haut niveau féminin, en s’impliquant fortement pour la prise en compte de la situation professionnelle et familiale dans le projet sportif des internationales.

 


GUY DUPUIS

 

Guy Dupuis arrive du Canada en France en 1978 pour jouer avec le club de Villard-de-Lans. Il est immédiatement sacré meilleur buteur de la Nationale A. Il terminera ensuite à plusieurs reprises dans les meilleurs compteurs du championnat élite juste derrière Luc Tardif, Roland Cloutier ou Guy Fournier. Il a été sacré cinq fois champion de France en jouant d’abord avec le club de Saint-Gervais puis le club fusion du Mont-Blanc.

Naturalisé français ; il disputa son premier Mondial en 1981 à Pékin avant de participer également aux Mondiaux de 1982 à Jaca et 1983 à Budapest. Lors des championnats du monde organisés en 1985 en Haute-Savoie (Chamonix-St. Gervais-Megève) il devient capitaine des Tricolores et la grande vedette du tournoi en marquant 13 buts au total et en faisant partie de l’équipe All-Stars du tournoi. Il disputa au total huit championnats du monde. Il joua une dernière fois avec l’équipe de France lors des JO d’hiver de Calgary en 1988 avant d’aller jouer très brièvement avec le club de Tours. En 1989, il signe avec le club de Bordeaux dans lequel il restera comme joueur pendant sept saisons, soit jusqu’à la fin de sa carrière en 1996. Devenu directeur sportif du club amateur de Bordeaux, il deviendra également l’assistant de Philippe Bozon puis d’Olivier Dimet en Ligue Magnus. Enfin, il restera dans la patinoire de Mériadeck pour devenir l’Entraîneur général du club amateur girondin.

 


CÉLINE PARMENTIER

 

Née à Cergy, c’est son frère Benoit qui jouait au hockey sur glace et lui a transmis sa passion. Sa mère décide de monter une équipe féminine à Cergy avec qui elle remportera 5 titres de championne de France en 10 ans, dont 4 titres consécutifs. S’ennuyant de la faible opposition, Céline Parmentier Faurie décide de partir à Rouen avec trois copines pour créer une équipe concurrente, puis quelques années plus tard, elle sera de nouveau à l’origine d’une nouvelle équipe, celles des Français Volants de Paris, équipe avec laquelle elle finira 3ème du championnat de France en 1999. En 1989, elle fait partie de la première équipe de France féminine et restera dans la sélection tricolore jusqu’à ses 30 ans. Attaquante rapide, aussi bien par sa vitesse et son agilité de patinage que par la qualité de ses dribbles, elle a longtemps tenu le poste de centre de la première ligne en équipe de France, imposant le rythme de l’équipe de par sa vitesse mais aussi son engagement, sa détermination. Un des leaders incontestés de cette équipe avec 98 sélections en équipe de France, elle disputera 4 championnats d’Europe et 4 championnats du monde en tant que joueuse. Son histoire (on peut parler d’histoire d’amour) avec l’Equipe de France se poursuivra jusqu’en 2007 en devenant team leader. Lors du mondial 2001 à Briançon, alors enceinte de son fils ainé, elle restera au sein de l’encadrement de l’équipe en tant que team leader, puis, à la fin de sa carrière en 2003, elle retrouvera cette fonction qu’elle occupera jusqu’en 2007. Elle s’impliquera également durant de nombreuses années dans le développement de la pratique féminine auprès de la ligue RAPCA mais également au niveau national auprès de l’équipe de france junior et en encadrant le stage fédéral lors des premières éditions.


 

DENIS PEREZ

Né à Caen, ce célèbre défenseur a marqué incontestablement l’histoire du hockey sur glace français. Dès l’âge de 18 ans, il participe aux Championnats du monde juniors organisés à Anglet. Il rejoint le club de la capitale à leur montée en Nationale A et y restera pendant cinq saisons. Il porte le maillot numéro 24 des Français Volants jusqu’au titre de champion de France remporté en 1989.
Il portera encore le maillot tricolore des juniors lors du Mondial de Caen et du Mondial de Sapporo en 1985. Il effectue ses débuts en équipe de France senior en 1985 à l’occasion d’une tournée au Canada sous la direction de Jacques Tremblay.
En 1989, il signe avec le club de Rouen et remporte dans la foulée une deuxième fois la Coupe Magnus avec les Dragons cette fois-ci. Il restera dans le club de la Seine-Maritime pendant neuf saisons, soit jusqu’en 1998, et il remportera ainsi quatre titres supplémentaires de champion de France sans oublier une participation à deux finales de la Coupe d’Europe et une victoire dans la Coupe des ligues européennes.
Au mois de septembre 1998, il s’exile en Allemagne pour jouer avec le club de Adler Mannheim où il retrouve Philippe Bozon et Christian Pouget. Il ne resta finalement qu’une seule saison à Mannheim, mais avec ses deux camarades tricolores, il participa aux demi-finales de la Ligue européenne à Berlin (EHL) et, surtout, il remporta là encore le titre de champion d’Allemagne.
En 1999, il retourne en France et il signe un contrat avec le club d’Anglet au Pays basque. En 2001, il disputa ses treizièmes et derniers Championnats du Monde à Grenoble et en 2002, à Salt Lake City, ses cinquièmes Jeux olympiques.

A la fin du mois d’octobre 2003, trois semaines après la suppression du Directoire par la FFSG, il devint vice-président de l’Association pour l’Avenir du Hockey Français (AAHF) dirigée par Luc Tardif. Il signa son dernier contrat de joueur avec le club d’Amiens avec le numéro 64. Il joua avec Mathieu Mille et Karl Dewolf et remporta pour la septième fois la Coupe Magnus en 2004 sous la direction de son vieil ami Antoine Richer devenu entre-temps l’entraîneur des Gothiques. Denis Perez prit sa retraite de joueur à l’issue de la saison suivante avant de devenir alors le nouvel entraîneur des Gothiques d’Amiens au mois de septembre 2005.


ALAIN VIGNAIS

Nommé arbitre national en 1974, Alain Vignais a dirigé des rencontres pendant plus de 28 ans soit un total impressionnant de 1200 matches ! Ce sont uniquement ses hautes responsabilités professionnelles qui l’obligèrent à refuser une carrière internationale.
Cependant, cet ancien ingénieur conseil en bâtiment, puis directeur en informatique dans plusieurs grands groupes internationaux, fut, à partir de 1975, un membre très apprécié du bureau des arbitres (LNAF puis FFHG) jusqu’à la fin de l’année 2019, soit une présence ininterrompue de 44 ans ! Lors de sa présence dans les instances fédérales de l’arbitrage, Alain Vignais fut responsable des désignations nationales de 2000 à 2019.
De plus, c’est lui qui a créé au sein de notre fédération le logiciel informatique des arbitres comprenant leurs désignations, leurs statistiques, la mutualisation des coûts des matches pour les clubs ou encore les déclarations fiscales pour les arbitres.

 


CATEGORIE DES « BATISSEURS »

DOMINIQUE DURAND

 

Partie de zéro, Dominique Durand, s’est battue sur tous les fronts. Elle est à l’origine de la création de l’équipe de France féminine de hockey dont elle sera la team leader pendant dix ans, de 1989 à 1999. Elle intègre le Comité national de hockey sur glace (CSNHG) en juin 1996 (la première et seule femme dans ce comité) et impulse pour le mandat suivant, la création d’une commission féminine indépendante (la CSNHGF). Elle propose à Corinne Dogémont d’en prendre la présidence en 1998. En 1995, elle devient la première Française membre de la fédération internationale, lors de la création commission féminine. La première commission a eu lieu à Stockholm lors des Championnats du Monde senior masculin.

Durant toutes ces années, elle soutient les joueuses aussi bien pour le développement de la pratique féminine en France que pour l’équipe de France au niveau international. Elle défend au sein des instances fédérales et obtient l’accès à la compétition jusqu’en U12 dès 1992 et plus tard, l’accès aux entraînements en mixité pour toutes les joueuses. C’est après la première édition d’un Mondial féminin groupe B, dont elle aura obtenu l’organisation à Colmar en 1999, conduisant l’équipe de France à une médaille de bronze, qu’elle décide de se retirer de l’organisation du hockey Français.

 


THIERRY CHAIX

 

A la tête du club de Rouen comme président depuis 26 ans, il vient de fêter cette saison son douzième titre de champion de France à ce poste.
Mais Thierry Chaix fut, avant cette carrière brillante de dirigeant, un hockeyeur également très performant. Originaire de Gap, il participa en 1983 avec l’équipe de France au Mondial seniors à Budapest en Hongrie. Deux ans plus tard, en 1985, il connut la consécration, puisqu’il fut élu meilleur joueur français de la Nationale 1 (Ligue Magnus aujourd’hui). Il disputa son deuxième mondial en 1985 organisés conjointement à Chamonix, Saint-Gervais et Megève. En 1986, il fait une dernière apparition dans l’équipe de France au Mondial d’Eindhoven aux Pays-Bas.
En septembre 1987, il quitte Gap pour aller renforcer le club de Rouen. En 1990, il remporte comme joueur le premier titre de l’histoire du club de Rouen. En 1992, il remporte pour la deuxième fois la Coupe Magnus avec les Dragons normands. Au cours de cette année olympique de 1992 (JO d’hiver à Albertville), il décide de mettre un terme à sa carrière à l’âge de 30 ans pour se consacrer avant tout à sa reconversion professionnelle en créant la célèbre société Vert-Marine. En 1997, lorsque le club de Rouen est contraint de déposer son bilan, il rachète les actions du club et devient le président des Dragons jusqu’à ce jour.