Equipe de France Féminine

GREGORY TARLE 

Grégory Tarlé est entraîneur-adjoint de l’équipe de France féminine de hockey sur glace depuis 3 saisons.

Du au 9 au 15 avril dernier, la sélection tricolore disputait le championnat du monde Division 1, Groupe B à Hull. Malgré 4 victoires en 5 rencontres, les Bleues ne sont pas parvenues à accrocher la première place du groupe synonyme d’accession à l’étage supérieur.

Il revient pour nous sur la compétition et sur les perspectives à venir pour son groupe.

 

 

Quel bilan tirez-vous de ce championnat du Monde ?

G.T. : Malgré la médaille de bronze, nous sommes évidemment déçus car notre objectif avoué était de remonter en Division 1, Groupe A. La déception est d’autant plus grande que le départage des 3 premières équipes au classement final (Danemark, Chine et France) s’est effectué au goal-average.

La défaite 5-0 face au Danemark nous fait évidemment très mal de ce point de vue là mais les joueuses ont ensuite su se ressaisir avec 2 victoires et c’est quand même positif pour la suite.

 

 

Comment analysez-vous cette défaite face au Danemark ?

G.T : On a débuté ce championnat du monde dans un contexte difficile puisque notre capitaine Marion Allemoz est arrivée blessée. Lors du dernier match de préparation, nous avons également perdu Morgane Rihet pour l’ensemble de la compétition, alors que Soline Fohrer a également été touchée. Enfin, Doriane Gicquel s’est blessé à l’entraînement durant la compétition. Même si les joueuses ont réintegré l’effectif au fur et à mesure, tout ça a forcément pesé sur la construction de l’équipe.

Sur le match en lui-même, on s’est retrouvé rapidement mené 1-0 et nous avons ensuite couru après le score pendant toute la rencontre. Le Danemark a très bien joué mais nous n’avons pas su saisir les occasions qui se sont présentées à nous et notre power-play n’a pas fonctionné ce soir là. 

 

 Anouck Bouché devant le but chinois (Hull, 15 avril 2012)

 

Le fait d’avoir battu la Chine, 9ème nation mondiale augure quand même de bonnes choses pour la suite ?

G.T. : Il faut évidemment tirer du positif de cette compétition. A chaud, ce que je retiens d’abord, c’est que nous sommes arrivés en Grande-Bretagne dans de meilleures conditions en termes de préparation d’équipe que lors du dernier championnat du monde à Caen. Avec les résultats enregistrés tout au long de la saison ainsi que les analyses des rencontres que nous avons pu effectuer, le potentiel des joueuses à évoluer à haut niveau a augmenté.  

Nous sommes arrivés très confiants à Hull et le résultat lors du dernier match face à la Chine, 9ème nation mondiale et qualifiée lors des JO 2010, nous amène à penser qu’on a eu une bonne vision des choses. C’est sûr qu’il y a une déception au niveau du résultat final, mais si on se projette dans le futur, la victoire contre la Chine va nous servir de manière positive pour la suite.

 

 

Justement, quelles sont les prochaines échéances pour l’équipe de France féminine qui disputera un tournoi de qualification olympique fin novembre 2012 ?

G.T. : Les joueuses auront un break d’environ un mois après que la majorité d’entre elles ait disputé les finales du Championnat de France féminin élite fin avril. Elles vont ensuite reprendre progressivement  en préparation physique à partir de début juin avec certainement un regroupement début juillet pour finaliser cette préparation physique.  Après une petite baisse d’intensité, nous allons nous retrouver fin juillet-début août à Briançon pour un regroupement national nous enchaîneront sur une tournée à l’étranger d’une quinzaine de jours fin août.

Un grand rendez-vous nous attend effectivement au mois de novembre avec un premier tournoi de qualification olympique. Les 3 équipes que nous allons y rencontrer dépendent du classement mondial qui va être prochainement publié suite aux différents championnats du monde. Nous ne serons vraisemblablement pas tête de série, donc sauf refus de la part du pays le mieux classé de l’organiser, il parait peu probable que nous accueillons ce tournoi.  Malgré l’adversité qui sera au rendez-vous, il faut croire à cette qualification olympique, sachant que nos résultats depuis 2 ans montrent qu’on est capable de battre des nations comme la Slovaquie, ou la Chine, qui sont classées dans les 10 meilleures nations mondiales.

6 pays sont d’ores et déjà sûrs d’être présents aux J.O. et seules 2 places sont disponibles par ailleurs avec le système des tournois de qualification. C’est d’autant plus compliqué qu’il nous faudra remporter un nouveau tournoi de qualification en février 2013 si nous passons celui de novembre 2012. Nos chances sont certes minimes, mais on va les jouer à fond.

 

Une saison 2012-2013 particulièrement riche attend les Bleues avec notamment un premier tournoi de qualification olympique dès novembre